Le système de retraite progressive prolongé jusqu'à fin 2010

E.M. avec AFP

— 

Le système de retraite progressive est prolongé jusqu'à fin 2010, a indiqué lundi 21 décembre au soir le gouvernement. Il permet à certains salariés retraités de continuer à travailler à temps partiel tout en touchant une partie de leur pension.

Peu utilisé

Les ministres du Travail, Xavier Darcos, et du Budget, Eric Woerth, annoncent dans un communiqué commun qu'ils "ont décidé de prolonger pour un an le dispositif de retraite progressive jusqu’au 31 décembre 2010". "Sa prolongation (…) permettra d’en dresser un bilan en vue de définir les suites qu’il convient de lui réserver", ont-ils précisé.

Ce dispositif n'a été pour l'instant que peu utilisé. Il a concerné que 998 personnes en 2008, selon la Cnav (caisse de retraite des salariés du privé) et ne devait au départ exister que jusqu'au 31 décembre 2009.

Dispositif

Le système de retraite progressive permet au salarié concerné de percevoir une partie de sa pension, en fonction de la part d'activité qu'il conserve.

Pour l'équivalent d'un mi-temps, il recevra ainsi 50% du montant de la retraite et 70% si l'activité est inférieure à 40% du temps complet. Ce dispositif concerne les salariés du privé âgés d'au moins 60 ans, ayant cotisé pendant 150 trimestres (37 ans et demi) et exerçant une seule activité après la retraite.

"Pour un certain nombre de salariés, le fait d'avoir une perspective de travailler un peu moins leur donne des solutions pour rester au boulot. Si on ne leur offre pas ces solutions pour alléger un peu leur fin de carrière, les gens risquent de quitter complètement le travail", a déclaré à l'AFP Jean-Louis Malys (CFDT).

"On ne peut pas avoir un double discours. On ne peut pas dire: il faut adapter les fins de carrière et, dès qu'un dispositif existe, même s'il ne fait pas un triomphe, le supprimer", a-t-il ajouté.

Le gouvernement souhaiterait se rapprocher au plus vite de l’objectif fixé par l'Union européenne d'un taux d’emploi des seniors (55-64 ans) de 50%. En France, il est aujourd'hui de 38%, contre une moyenne de 42,5% en Europe.