Nouveau forum, nouvelle mission

Jocelyn Jovène

— 

Le Forum de Stabilité Financière n'est plus, vive le Conseil de Stabilité Financière. C'est l'une des décision "concrètes" prise lors du sommet du G20 à Londres, jeudi 2 avril. Le changement n'est pas que sémantique. Le nouveau "FSB" (son acronyme anglais) aura un mandat et une composition élargis.

Dans un communiqué de presse, il est indiqué que "le FSF élargi a été renommé Financial Stability Board avec un mandat élargi de promouvoir la stabilité financière".

"En tant que membres, les pays et terroitoires membres s'engagent à assurer la stabilité financière, l'ouverture et la transparence du secteur financier, à appliquer les standards financiers internationaux, et se mettent d'accord sur la réalisation de revues périodiques", en utilisant pour ce faire les services du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale. Le mandat du FSF consistait plutôt à évaluer les "vulnérabilités" dans le système financier international, et à l'identification des solutions pour traiter d'éventuels problèmes, tout en promouvant la coordination des autorités nationales.

Lors du sommet du G20, le FSB a apporté sa contribution sous la forme d'un rapport sur les moyens de faire face à la "procyclicité" dans le système financier. En gros, comment éviter que les banques engrangent des capitaux propres et prêtent davantage en période de croissance économique, et qu'elles fassent exactement l'inverse en période de retournement conjoncturel (ce qu'il s'est passé avec l'intensification de la crise financière à la suite de la faillite de Lehman Brothers, le 15 septembre dernier).

Dans les conclusions de son rapport, le FSB propose de rendre plus souples les règles prudentielles sur le niveau de capital dans les institutions financières en fonction du cycle économique. Il propose également de mettre en place des règles de provisionnement des risques qui anticipent leur survenance plutôt qu'ils ne les constatent, comme c'est actuellement le cas. A ce jour, seule l'Espagne a mis en place un tel système. Il avance enfin des mécanismes dits "macroprudentiels", destinés avant tout à surveiller et, le cas échéant, à contraindre l'utilisation de l'effet de levier de la part des acteurs financiers.

Le FSF a été créé en février 1999 à l’initiative des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales des pays du G7, dans la foulée de la crise asiatique. A l'origine, il a été conçu comme une instance de coopération et de discussion internationale, dans un périmètre géographique considéré aujourd'hui comme trop étroit.