Les marchés restent attentistes en ce début novembre

E24 avec AFP

— 

Les Bourses ont entamé le mois de novembre en marchant sur des œufs. A l'issue d'une séance très calme, le CAC 40 a clôturé lundi 3 novembre sur une légère hausse de 1,17%, à 3.527,97 points. Comme les autres places européennes: Francfort a finit la journée sur un petit +0,62% (5.018,85 points), Londres à +1,51% (4.443,28 points), Milan à +1,12% (21.607 points). De l'autre côté de l'Atlantique, Wall Street évoluait à l'ouverture dans le vert, avec un Dow Jones à +0,36% et un Nasdaq à +0,26%, après avoir ouvert à l'équilibre, comme paralysée par l'échéance présidentielle.

La journée, calme du fait des faibles volumes échangés (3,553 milliards d'euros), a tout de même été rythmée par la parution de statistiques et des prévisions économiques déprimants. Aux Etats-Unis, l'indice des directeurs d'achat (PMI) pour le secteur manufacturier s'est notamment contracté en octobre, au plus bas niveau jamais enregistré.

De son côté, la Commission européenne table sur une récession technique en zone euro cette année, avec trois trimestres consécutifs de recul du produit intérieur brut, et une croissance presque au point mort l'an prochain.

Au chapitre des plans de sauvetage des banques, l'Etat autrichien a acquis, pour deux euros symboliques, 99,78% de la banque Kommunalkredit Austria. Côté institutionnel, les banques centrales européenne et britannique devraient procéder à un nouvel assouplissement de leurs conditions de crédit pour favoriser le financement des économies.

En Allemagne, l'actualité bancaire a été marquée par la Commerzbank. L'établissement est devenu lundi la première grande banque privée allemande à accepter une recapitalisation par l'Etat pour faire face à la crise.

A la clôture, Dexia a confirmé son envolé (+8,97% à 4,43 euros), et Société Générale a fini en très légère hausse (+0,37% à 42,33 euros), malgré des résultats trimestriels en chute libre. Des valeurs industrielles comme ArcelorMittal (+9,65% à 21,99 euros), EADS (+8,15% à 13,99 euros) ou STMicroelectronics (+4% à 6,651 euros) ont contribué à soutenir la cote.

Les valeurs automobiles, pour leur part, ont encore souffert, après la publication de mauvais chiffres de vente en France en octobre. Michelin lâchait 0,75% à 39,895 euros, Renault 1,99% à 23,385 euros et Peugeot 0,46% à 20,89 euros. PPR (-4,53% à 47,35 euros) enregistrait la pire performance du CAC 40.