Douche froide pour Coca-Cola

Anne-Sophie Galliano

— 

Douche froide. Coca-Cola est une des premières victimes de la nouvelle loi anti-monopole mise en application par la Chine depuis 2008. En effet, les autorités chinoises ont bloqué l'offre de 2,34 milliards de dollars de Coca-Cola sur Huiyuan Juice Group. Selon le ministère du commerce, si le géant américain mettait effectivement la main sur ce groupe chinois, il disposerait "d'une position dominante" dans les boissons non alcoolisées, et cette position lui permettrait de fixer les prix. Ce qui porterait préjudice au secteur.

"Le message du gouvernement chinois peut être interprété de plusieurs façons. Leur loi anti-monopole peut être un argument pour faire du protectionnisme. D'un autre côté, le gouvernement a pu se servir de Coca-Cola, emblème des Etats-Unis, pour passer un message à Barack Obama sur sa politique en matière de dettes", explique Olivier Fourcadet, professeur de management, co-titulaire de la chaire agro-alimentaire de l'Essec.

Concrètement, Coca-Cola détient 52,5% du marché du soda en Chine en 2008, selon Euromonitor, cité par Bloomberg. Coca-Cola a 12% de parts de marché des jus de fruits et des jus de légumes. Huiyuan détient pour sa part 8,5% de ce marché, et 33% du seul segment des jus de fruits purs. Coca-Cola renforcerait donc ses positions sur les jus de purs fruits avec une part de marché supérieure à 20%.

Le géant américain avait pourtant mit tous les atouts de son côté. Les actionnaires avaient donné leur accord, notamment les chinois qui détiennent 66% du capital de Huiyan et Danone (22,98% du capital). Et le 6 mars, Coca avait même annoncé un investissement de 2 milliards de dollars sur le territoire en 3 ans. Ce, alors qu'il a déjà investi 1,6 miliard de dollars depuis son implantation en Chine en 1979. Le refus de la Chine a donc surpris la communauté financière d'autant que la Chine avait vivement critiqué les dérives du protectionnisme, notamment américain.

La pilule va être difficile à avaler pour Coca-Cola. Cette acquisition aurait constitué une de ses plus grosses opérations. Et surtout, Huiyan lui aurait permis de consolider un peu plus son avance en Chine sur Pepsi, qui détient 33% du marché des boissons non alcoolisées. Un secteur qui devrait croître de 10% par an. Pour Danone, aussi, c'est une mauvaise nouvelle. L'offre de Coca-Cola était l'occasion rêvée de sortir des jus de fruits. Un secteur qui ne rentre plus dans sa stratégie recentrée sur la santé, les eaux minérales, et les boissons à base d'eau de source. Et le prix payé par Coca-Cola était alléchant, 32% au dessus du cours du Chinois.

Le groupe d'agro-alimentaire français n'est pas assuré de tirer un aussi bon prix avec une offre concurrente qui ne devrait pas manquer d'être trouvée par les autorités chinoises. Selon le Beijing Morning Post, trois nouvelles propositions seraient sur la table du ministère. "La société peut-être divisée et vendue à différentes entreprises chinoises ou être acquise par un fonds créés conjointement par des compagnies chinoises", rapporte Xinhua.