Les chômeurs espagnols pourront suspendre leur remboursement d'emprunt

— 

Zapatero prend des mesures drastiques. L'Espagne va permettre aux chômeurs qui le souhaitent de geler 50% du remboursement de leur emprunt immobilier pendant deux ans, a annoncé lundi 3 novembre le chef du gouvernement socialiste, José Luis Rodriguez Zapatero. Il s'agit "d'un moratoire partiel de l'obligation de payer les mensualités hypothécaires, du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2010", a déclaré le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse, en présentant un train de mesures en faveur des familles et de l'emploi.

Gel

La mesure bénéficiera aussi à certains travailleurs autonomes en difficulté économique et à certaines personnes dont les conjoints sont décédés. Elle sera applicable au personnes ayant contracté un emprunt immobilier d'un montant maximal de 170.000 euros, et le gel du paiement sera plafonné à 500 euros par mois. La somme ainsi épargnée sera ensuite payée, à partir de 2011, répartie sur les mensualités restant dues.

Volontaire

Cette mesure à caractère volontaire, "pourra bénéficier à environ 500.000 personnes", a commenté José Luis Zapatero, alors que l'Espagne fait face à un très brutal ralentissement économique, lié au retournement du marché immobilier et à la crise financière internationale. Il a aussi annoncé d'autres mesures pour accroître le nombre de bénéficiaires de certaines facilités fiscales s'appliquant aux transactions immobilières.

Chômage

Plusieurs mesures destinées à lutter contre le chômage ont également été annoncées. Le chômage ne cesse d'augmenter en Espagne et s'établissait à 11,33% au troisième trimestre. Ainsi, le gouvernement va subventionner les entreprises embauchant des chômeurs avec charge de famille, ou oeuvrant dans des secteurs jugés "stratégiques" (recherche et développement, énergies renouvelables). Le gouvernement incitera également les chômeurs à créer leur propre entreprise.

Récession

Selon des estimations de la banque d'Espagne publiées la semaine dernière, qui doivent encore être confirmées par les chiffres officiels de l'Institut national de la statistique (INE), l'économie espagnole a un pied dans la récession puisqu'elle a enregistré une croissance négative de 0,2% au troisième trimestre.