Pernod veut lever 1 milliard

— 

Pernod Ricard a soif. Le groupe de vins et spiritueux va procéder à une augmentation de capital de 1 milliard d'euros ainsi qu'à la cession de sa marque Wild Turkey pour réduire son endettement, confirmant un article du Financial Times.

La vente de la marque de bourbon à Campari va rapporter 575 millions de dollars, soit environ 435 millions d'euros. La transaction, qui devrait être finalisée au 30 juin prochain si elle reçoit l'accord des autorités de la concurrence, inclut les marques Wild Turkey, dont la liqueur American Honey, la distillerie et les actifs associés dans le Kentucky, ainsi que les stocks à vieillissement de bourbon. "L’accord prévoit également la poursuite de la distribution de la marque par Pernod Ricard en Australie et Nouvelle Zélande pour une période de transition, ainsi qu’au Japon, second marché pour la marque en-dehors des Etats-Unis, dans le cadre de contrats de distribution avec Campari", précise Pernod Ricard.

L'augmentation de capital de Pernod Ricard montre que le groupe et ses conseils espèrent profiter d'une "fenêtre de tir" pour lever des fonds en Bourse. Depuis le 9 mars, les Bourses mondiales sont en hausse sensible, ce qui semble indiquer un regain d'appétit pour le risque de la part d'investisseurs, pour des sociétés dont la santé financière est solide ou le secteur d'activité offrent une certaine visibilité. Cette opération "permet de mettre derrière nous le refinancement de la dette", a déclaré Emmanuel Babeau, directeur financier du groupe, au cours d'une conférence téléphonique.

Plusieurs actionnaires ont déjà apporté leur soutien à cette opération. La Société Anonyme Paul Ricard (la famille Ricard) et sa filiale Lirix soutiennent l’opération et "y souscriront à hauteur du produit de cession des droits préférentiels de souscription". "Le Groupe Bruxelles Lambert a également souligné sa confiance en l’avenir du Groupe en annonçant son intention de souscrire intégralement à sa quote-part de l’augmentation de capital", selon Pernod Ricard.

Dans le détail, ces opérations concomittantes doivent permettre au groupe de faire face à "la majeure partie de ses besoins de refinancement d’ici à juillet 2013". Le produit des fonds levés sera donc alloué au remboursement de la dette. Pernod Ricard a finalisé en juillet 2008 le rachat du suédois Vin & Sprit AB (V&S), propriétaire de la marque de vodka Absolut, pour 5,7 milliards d'euros, promettant alors de réduire son endettement via des cessions d'actifs et la génération de trésorerie. La distribution de dividende pour les actionnaires va être modifiée. Ils se verront toujours attribuer un tiers du résultat net mais de manière différente: 15 cents en cash et le reste en nouvelles actions.

Le groupe annonce parallèlement qu'il confirme son objectif de croissance du résultat net courant à deux chiffres pour dépasser 1 milliard d'euros en 2008/09. En revanche, il abaisse son objectif de croissance organique de son résultat opérationnel courant de +3% à +5%, contre +5% à +8% précédemment.