Une attaque de navire tous les deux jours en 2008

Thibaud Vadjoux

— 

La piraterie maritime a connu une hausse sans précédent en 2008, a indiqué vendredi 16 janvier, le Bureau maritime international (BMI), basé à Kuala Lumpur. 293 attaques ont été recensées dans le monde (+11%). Les pirates somaliens, mieux armés et plus violents, ont fait exploser les chiffres. Dans le golfe d'Aden et l'océan Indien, 111 attaques ont été enregistrées soit trois fois plus qu'en 2007. En septembre, point culminant,19 attaques ont été menées. Les mois suivants ont compté environ une attaque tous les deux jours.

Les pirates ont réussi, aux larges des côtes somaliennes, à capturer 42 bateaux et 13 sont toujours entre leurs mains. Les attaques d'un nouveau genre, en haute mer et contre tout type de navire, ont surpris les autorités. La marine marchande (90% du commerce international) s'est retrouvée principalement menacée sur cette route. Les coûts d'assurance (prise d'otage, marchandise...) ont aggravé les difficultés du commerce maritime. Le Sirius Star, super pétrolier saoudien, transportant deux millions de barils, a été ainsi détournée aux larges des côtes pendant deux mois. Après ce grave incident, 14 pays ont été amenés à affréter des navires militaires pour escorter la marine marchande mais elle fait toujours l'objet d'attaques et de prises d'otages.

Carte des attaques maritimes en 2008 (Bureau Maritime International)

Le BMI s'est félicité de la présence de navires militaires au large de la Somalie. "Nous espérons que plus de gouvernements engageront davantage de moyens dans la région et permettront aux commandants des navires de saisir les vaisseaux pirates, les armes et les autres équipements", a souligné le BMI.

Le Nigeria a constitué la deuxième zone la plus touchée par la piraterie, avec 40 attaques rapportées, 5 bateaux capturés et 29 marins enlevés l'an passé. La situation s'est en revanche améliorée en Indonésie, avec 28 attaques l'an passé contre 121 en 2003. Le détroit de Malacca, présenté il y a encore trois ans comme la zone la plus dangereuse au monde par le Lloyds de Londres, n'a connu que deux attaques en 2008 contre 7 en 2007