La Fed prône le statu quo

J.J. avec agence

— 

La Fed a décidé de maintenir son taux directeur dans sa fourchette de fluctuation de 0% à 0,25%, en vigueur depuis décembre, et conserve en l'état son arsenal exceptionnel de soutien à l'économie. La banque centrale américaine a justifié ce statu quo, attendu par les économistes, en jugeant que l'économie avait "continué de se contracter depuis sa dernière réunion de mars, bien que le rythme de la contraction semble ralentir quelque peu".

L'annonce intervient après la publication mercredi d'une contraction de 6,1% du PIB américain en rythme annuel, au cours du premier trimestre 2009. La baisse était de 6,3% durant les trois mois précédents. Même si les perspectives économiques des Etats-Unis se sont "améliorées modestement" depuis mars, l'activité économique devrait rester "faible" encore "quelque temps", ajoute la banque centrale dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion de son Comité de politique monétaire (FOMC).

"Les dépenses des ménages ont montré des signes de stabilisation mais restent contraintes par les pertes d'emplois, la baisse de la valeur des biens immobiliers, et un crédit restreint", relève la banque centrale. Dans ces conditions, la Réserve fédérale "utilisera tous les outils nécessaires pour promouvoir la reprise économique et préserver la stabilité des prix". La Fed a rappelé son engagement à intervenir massivement sur les marchés du crédit pour tenter de les débloquer et faire baisser les taux.

La Fed a toujours l'intention d'acheter au total jusqu'à 1.450 milliards de dollars de titres émis par les organismes de refinancement hypothécaires comme Fannie Mae et Freddie Mac, ainsi que jusqu'à 300 milliards de dollars d'obligations du Trésor américain à long terme, d'ici à la fin de l'année, comme elle l'avait annoncé en mars. Depuis cette annonce, la banque centrale a déjà consacré plus de 73 milliards de dollars à ces rachats de titres du Trésor. Le Comité précise néanmoins qu'il "continuera d'évaluer le calendrier et le montant total de ses achats de titres à la lumière de l'évolution des perspectives économiques et des conditions sur les marchés financiers", phrase qui ne figurait pas dans le compte-rendu de sa dernière réunion.

Concernant le niveau des prix, sa position n'a en revanche pas changé. "A la lumière du fléchissement économique ici et à l'étranger, le Comité s'attend à ce que l'inflation reste modeste. De plus, le Comité voit la possibilité que l'inflation demeure pendant un moment sous le niveau le plus favorable à la croissance économique et à la stabilité des prix à long terme.