La France comptera 11 "5 étoiles"

J. Bx avec AFP

— 

L'hôtellerie de luxe ne se porte pas très bien. Et comme dans tous les secteurs de l'économie, il faut innover pour sortir de l'ornière. Onze hôtels de luxe français auront donc désormais droit eux aussi aux 5 étoiles, synonymes de comble du raffinement.

Parmi ces onze nouveaux "5 étoiles", six se situent à Courchevel (Le Mélézin, Les Airelles, l'hôtel Annapurna, Cheval-Blanc, Le Lana, Le Kilimandjaro), un à Evian (hôtel Royal), un à Bordeaux et trois à Paris, selon le quotidien. "Une vingtaine d'autres hôtels ont déposé des dossiers qui sont en cours d'instruction", a indiqué Hervé Novelli. Ce dernier explique par ailleurs que "les critères" pour ce nouveau label sont "plus exigeants" et que les cinq étoiles sont "attribuées pour cinq ans seulement".

Le ministe rappelle que cette cinquième étoile existait jusqu'à présent partout sauf en France. "C'était un handicap vis-à-vis de la clientèle étrangère habituée à séjourner dans des hôtels cinq étoiles", estime-t-il. Sa mise en place "est une source d'attractivité supplémentaire pour la France, une opportunité pour la croissance et l'emploi", ajoute-t-il.

Hervé Novelli confirme par ailleurs souhaiter que les palaces aient une distinction particulière. "Je souhaite qu'ils aient un qualificatif premium en plus", indique-t-il, précisant qu'il a chargé un groupe de travail de formuler des propositions "avant la fin de l'année".

La France s'est dotée le 1er janvier dernier du nouveau label "5 étoiles" afin de mieux affronter la concurrence internationale dans un marché mis à mal par la crise. Le classement hôtelier qui était en vigueur auparavant remontait à 1986: les étoiles (catégories O à 4 luxe) étaient attribuées par les préfets sur la base de normes quantitatives (superficie, équipements sanitaires, ascenseur...) qui ne tenaient guère compte de la qualité de l'accueil ou de la propreté.