L'éclat préservé de BHP Billiton

— 

BHP Billiton, Rio Tinto, Alcoa... Aucun grand groupe minier qui a publié à ce jour ses premiers résultats ou indicateurs de production pour le quatrième trimestre 2008 ne réchappe de la récession: licenciements, plans de réductions de coûts et de capacités de production se succèdent.

Toute la problématique de court terme de ces géants des produits de base, dont les métaux vont dans la fabrication de voitures, de produits d'électroménager ou de bâtiments, a été très bien résumée mardi 20 janvier par le directeur financier de BHP Billiton, Alex Vanselow: "La Chine représente 30% de la consommation mondiale, mais les pays de l'OCDE restent au centre de tout, et c'est pour cela qu'il y a autant d'incertitude."

Après des années de vache grasse, tous les producteurs de métaux doivent aujourd'hui ajuster leur offre à une demande en baisse. Seuls ceux qui ont les bilans les plus solides et qui n'ont pas participé à la frénésie de consolidation de l'industrie minière au moment où les prix des métaux atteignaient des sommets (grâce à la Chine) sont relativement épargnés par le marché.

Ceux-là auront les moyens de supporter la chute des volumes et des prix, d'adapter leurs capacités, et de saisir des opportunités d'acquisition qui ne manqueront pas de surgir au cours des prochaines années. En attendant que la Chine et les pays développés retrouvent un rythme de croissance plus raisonné. C'est le cas de BHP qui affiche un ratio d'endettement de 33% contre une moyenne de 40% pour ses comparables.