Immobilier: Londres devient moins chère

G. G. avec AFP

— 

Londres décidemment indétrônable. La capitale du Royaume-Uni reste, devant Paris et Francfort, la ville européenne la plus attractive aux yeux des dirigeants des principales sociétés, selon l'étude annuelle du conseil en immobilier d’entreprise Cushman & Wakefield publiée mardi.

En dépit de la crise économique et financière, Londres a même creusé un écart plus grand par rapport à Paris. D'autre part, Francfort se trouve désormais menacée par Barcelone. L’attrait de la capitale catalane ne cesse de progresser depuis vingt ans auprès des dirigeants des 500 plus importantes entreprises européennes. Viennent ensuite Bruxelles, Madrid, Munich, Amsterdam, Berlin et Milan.

Même si elle est toujours perçue comme une ville chère, la baisse importante et rapide des loyers de bureaux permet aux entreprises qui souhaitent s’implanter à Londres de disposer de davantage d’opportunités, souligne l'étude.

Paris perd du terrain par rapport à sa rivale londonienne sur la plupart des critères comme la "facilité de recruter du personnel qualifié", la " qualité des réseaux de télécommunications" et les "compétences linguistiques". Cette évolution est "d’autant plus inquiétante que, dans le contexte actuel de crise, les critères d’ordre économique apparaissent décisifs au moment où la concurrence entre villes pour attirer les entreprises semble plus forte que jamais", affirme Thierry Juteau, directeur général Cushman & Wakefield France.

La progression la plus spectaculaire par rapport à l’an dernier concerne Birmingham, deuxième ville du Royaume-Uni, qui passe de la 21e à la 14e place. Hambourg grimpe également rapidement à ce classement: 20e en 2007 puis 17e l’an dernier, la métropole hanséatique est désormais 12e.