Jean-Cyril Spinetta parle d'une grève "inutile et dangereuse"

E24 avec AFP

— 

Les passagers d'Air France-KLM dans le monde entier doivent se préparer à quatre jours très difficiles, de vendredi à lundi, avec l'annulation d'un vol sur deux, en raison d'une grève des pilotes contre le relèvement à 65 ans de l'âge de cessation d'activité en vol.

De Pékin à Washington, en passant par Berlin ou Ankara, la moitié des vols moyen et long courrier de la compagnie seront annulés "au départ de toutes les escales", a indiqué la compagnie. "On peut s'attendre à des annulations plus fortes en long courrier les jours suivants" a-t-elle prévenu. Le programme quotidien normal à Air France est de 760 vols moyen courrier et de 73 vols long courrier au départ de Paris, a-t-elle indiqué.

Les vols des compagnies partenaires (Britair, Regional, CCM, Airliner) seront aussi touchés, sans doute dans une moindre mesure, par la grève, qui concerne l'ensemble des compagnies françaises, après notamment l'appel lancé par l'UFPL, premier syndicat chez Britair.

A Air France, le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire, et trois syndicats plus petits, Alter, SPAF et Airway, protestent contre un amendement au Code de l'Aviation civile et au budget de la Sécurité sociale pour 2009, voté le 1er novembre par les députés, qui porte l'âge de cessation d'activité en vol de 60 à 65 ans pour les personnels navigants techniques (PNT) à partir du 1er janvier 2010.

Ils demandent au Sénat, qui examinera lundi à son tour le budget de la Sécurité sociale, de retirer l'amendement.

Les perturbations devraient s'arrêter lundi, les personnels navigants commerciaux (PNC, hôtesses et stewards) qui avaient menacé de se joindre au mouvement des pilotes à partir de la semaine prochaine, ayant finalement décidé de ne pas faire grève.

Les hôtesses ont levé leur menace après avoir obtenu une modification de l'amendement controversé sur la cessation d'activité à 65 ans, qui les concerne aussi, a indiqué la CFDT à l'AFP.

"Mauvais coup"

Du côté des pilotes, le SNPL estime que l'amendement, soutenu en séance à l'Assemblée par le ministre du Travail Xavier Bertrand, constitue "une violation de l'engagement de M. Bussereau (secrétaire d'Etat aux transports, ndlr) qui le 3 décembre 2007, affirmait que toute modification de l'âge de cessation d'activité des pilotes ferait l'objet d'une négociation préalable avec les partenaires sociaux".

Selon le syndicat, "une des conséquences de la crise actuelle sera la diminution des effectifs de 300 pilotes sur 4.100 actuellement". "Par ailleurs, le président Spinetta a annoncé qu'il ne saurait garantir l'emploi au sein de sa compagnie à partir de l'été prochain", a indiqué un porte-parole Geoffroy Bouvet.

Ces craintes ont été réfutées par le Pdg Jean-Cyril Spinetta qui a affirmé jeudi avoir "maintenu toutes les hypothèses d'embauche".

Jean-Cyril Spinetta a jugé la grève des pilotes "inutile et dangereuse", estimant qu'elle tombait "au pire moment" en raison de la crise. "Nous ouvrons la porte à nos concurrents et ils vont s'y engouffrer", a-t-il ajouté, en estimant qu'elle allait coûter "100 millions d'euros de résultat".

La grève est "un mauvais coup" aux compagnies et notamment à Air France, a aussi déploré le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau.

Les passagers en France peuvent se renseigner sur leur vol au numéro 0800 240 260. Depuis l'étranger, ils peuvent utiliser le numero 00 33 1 57 02 10 55 ou auprès de leur centre de réservation habituel.