EDF pousse au maximum sa production à cause du froid

Thibaud Vadjoux

— 

En raison de températures anormalement froides, la France s'attend à un pic de consommation d'électricité aujourd'hui et demain (6 et 7 janvier). Selon la RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, la demande pourrait atteindre 91.000 Méga Watt (MW). EDF assure mettre tout en œuvre pour répondre à ce pic exceptionnel qui représente environ la production moyenne de 90 centrales nucléaires. "La quasi-totalité des unités de production nucléaire et des usines hydrauliques "au fil de l'eau" sont ainsi opérationnelles cette semaine pour assurer la production d’électricité dite de base", affirme t-il dans un communiqué. EDF sollicite également dans cette période toutes ses centrales thermiques au fioul et au charbon disponibles, "particulièrement adaptées aux périodes de forte consommation" car elles peuvent répondre à une hausse de la demande "en moins de 20 minutes".

L'énergéticien (98,5% du marché) dispose d'une puissance totale installée de 96.000 MGW, mais cette puissance n'est pas entièrement fonctionnelle. Une partie des centrales étant en maintenance. RTE, la filiale d'EDF qui gère le réseau de haute et très haute tension, ne va donc pas seulement compter sur le producteur français. Il va être obligé d'importer aux voisins européens. Selon l'analyse prévisionnelle du passage de l'hiver, le pays devrait importer en moyenne 1.300 mégawatts (MW) en janvier.

Le producteur fait face à un record exceptionnel de la demande que n'explique pas entièrement la brutale chute du thermomètre. En raison de l'équipement croissant des ménages en appareil électrique de chauffage, la situation est de plus en plus difficile pour EDF et RTE. Quand la température baisse d'un degré, la consommation augmente de 2.100 mégawatts, contre 1.800 mégawatts il y a deux ans. Le pic de consommation actuellement observé est supérieur de 12% à celui atteint six ans plus tôt.

EDF a fortement investi pour répondre à cette demande croissante, avec notamment la construction du controversé réacteur de deuxième génération de Flamanville. "Après avoir déjà mis en service plus de 3100 MW de capacités de production thermique entre 2005 et 2008, EDF programme la mise en service en France d’ici 2012 de près de 1.900 MW de capacités thermiques supplémentaires, auxquelles viendront s’ajouter les 1.650 MW du nouveau réacteur EPR à Flamanville (Manche). EDF investit également dans les énergies renouvelables, au premier rang desquelles l'énergie hydroélectrique, et vise les 4.000 MW installés en 2012", explique EDF.

EDF demande aussi à ses clients d'économiser l''énergie en rappelant qu'un "intérieur correctement isolé et chauffé à 19°C environ suffit au bien-être la journée et un degré de chauffage en moins équivaut à 7 % de réduction sur la facture d’électricité d’un particulier".

Actuellement 65% de l'électricité d'EDF provient de ses 58 réacteurs nucléaires, 14% des centrales thermiques et 21% de l'énergie renouvelable dont une très large part est réalisée par des centrales hydrauliques.