Nortel en perte, annonce le départ de son PDG

— 

Partir sur une note positive. C'est ce qu'a tenté de faire Mike Zafirovski en annonçant les résultats du deuxième trimestre 2009 de Nortel, ainsi que son départ lundi 10 août.

L'équipementier de télécommunications canadien, déclaré en faillite depuis janvier dernier, est resté dans le rouge.

Pertes

Mais pour Zafirovski, les efforts de restructuration et les milliers d'emplois supprimés, ont permis au groupe de se stabiliser.

Nortel Networks a clôutré le trimestre avec une perte nette de 274 millions de dollars, contre une perte nette de 113 millions de dollars un an plus tôt. Au cours du trimestre, le chiffre d'affaires de l'équipementier de télécommunications a chuté de 25% à 1,97 milliard de dollars, et le résultat d'exploitation ajusté est ressorti à 117 millions de dollars, contre 114 millions de dollars un an plus tôt.

Maigre consolation

"Nous avons réussi à stabiliser l'activité: notre revenu progresse de 14% entre le premier et le deuxième trimestre, et nos coûts ont reculé de 15%", se fécilite dans un communiqué de presse le PDG en partance.

La situation de trésorerie de Nortel était de 2,56 milliards de dollars à fin juin, en légère augmentation par rapport au trimestre précédent, grâce aux cessions d'actifs réalisées au cours du trimestre, dont la vente des activités d'infrastructures mobiles CDMA/LTE à Ericsson.

Rôle accru

Dans un communiqué séparé, Nortel annonce une évolution de son équipe de direction et une plus grande supervision de sa restructuration financière par Ernst & Young, l'administrateur judiciaire.

Nortel doit céder d'autres actifs, notamment ses équipements pour communication d'entreprises, dans le cadre d'une enchère prévue jusqu'au 11 septembre et à laquelle quelques groupes ont répondu, parmi lesques figure l'américain Avaya.