L'Arcep valide la diffusion des fibres optiques dans les grandes villes

— 

L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a validé la possibilité de poser plusieurs fibres optiques par logement dans les grandes villes de France, dans le cadre du déploiement sur le territoire de l'internet à très haut débit, a-t-elle annoncé mercredi dans un communiqué.

L'Arcep s'était prononcée en faveur de cette possibilité en juin dernier et avait obtenu en septembre le feu vert de l'Autorité de la concurrence. Début novembre, la Commission européenne avait à son tour approuvé le projet.

"Après homologation et publication au Journal officiel (...), les opérateurs auront un mois pour publier leurs offres d’accès concernant les déploiements existants et à venir de fibre optique jusqu’à l’abonné", a précisé l'Arcep, qui a adopté sa décision mardi 22 décembre.

Le déploiement de plusieurs fibres par logement a été défendu par Free (Iliad) mais vivement critiqué par Orange (France Télécom). L'opérateur historique a toujours soutenu l'option mono-fibre (une seule fibre par logement, louée ensuite aux concurrents), chiffrant le surcoût de l'autre solution à près de 40%, alors que l'Arcep l'estime à 5%. Il avait dans la foulée gelé ses investissements.

Interrogé mercredi par l'AFP, Orange s'est toutefois "félicit(é) de la clarification réglementaire qu'(il) attendait". "Il s'agit d'un signal clair donné aux investisseurs leur permettant de calibrer leur projet", a indiqué un porte-parole, sans préciser la date de reprise de ses investissements.

L'Arcep, qui a supervisé diverses expérimentations, estime que la possibilité de poser plusieurs fibres par logement favorisera la concurrence et assurera un libre choix aux consommateurs.

Concernant le déploiement de la fibre sur le reste du territoire, zones peu et moyennement denses, une intervention du président Nicolas Sarkozy était attendue en décembre, mais rien n'est prévu pour le moment à son agenda.