Carrefour voudrait se renforcer en Russie

Anne-Sophie Galliano

— 

Carrefour chercherait à se renforcer en Russie. Selon la presse russe, il essaierait de racheter les 74,8% des parts de la chaîne Sedmoï Kontinent (Septième continent) détenues par Alexandre Zanadvorov pour 560 millions de dollars. Pour l'actionnaire majoritaire russe, l'offre serait la bienvenue. Etranglé par la crise économique, cette somme lui permettrait de rembourser son emprunt contracté auprès de la Deutsche Bank.

Pour Carrefour se serait une aubaine. Le premier distributeur français arrive tardivement sur le marché. Il aurait dû ouvrir son premier magasin fin 2008, ouverture qui a été repoussée à courant 2009. Ce, alors qu'Auchan a investi la zone depuis 2002. Auchan récupère donc les fruits de son implantation précoce. Sept de ses magasins russes figurent au top 15 mondial des magasins les plus contributeurs de l'enseigne et plusieurs dépassent le milliard de dollars de chiffre d'affaires. "La force d'Auchan est d'acheter directement ses produits en Russie, le groupe a une force de négociation et une maîtrise de la chaîne logistique impressionnante", note un spécialiste de la distribution russe. Du coup, Auchan parvient à vendre des produits à des prix bas. Une force pour s'implanter en Russie. "Il faut écouler trois fois plus d'articles dans un magasin en Russie pour atteindre un chiffre d'affaires équivalent à un magasin en France", rajoute-t-il.

Auchan n'est pas le seul à avoir perçu l'intérêt pour la Russie. Il lui faut composer avec un poids lourd de la distribution: l'allemand Metro, qui s'est installé en 2000. Aujourd'hui, il est le troisième distributeur de la zone.

Carrefour ne va pas s'implanter en conquérant. Pas encore. Mais s'il parvient effectivement à mettre la main sur Sedmoï Kontinent, il va d'un coup s'offrir 141 magasins sur place, qui réalisent un bénéfice net de 51,3 millions de dollars sur les neuf premiers mois de 2008. Un prix que certains pourraient juger élevé compte tenu du ralentissement économique en Russie. Toutefois, le marché de la distribution russe est plus que porteur. Le chiffre d'affaires du commerce de détail a augmenté de 196 milliards de dollars en 2004 à 420 milliards de dollars en 2007, dont près de la moitié pour l'alimentaire selon UbiFrance. Et la croissance de ce segment devrait continuer sur cette tendance avec l'accession des classes moyennes aux produits de grande consommation. Sans oublier la généralisation des cartes de crédit introduites en 2000.

La Russie est néanmoins un marché particulier. "Il faut avoir un très bon contact avec une personne de l'administration, sinon, un magasin peut attendre trois ans son permis de construire, ou six mois un électricien", explique un acteur du secteur. Et avant d'ouvrir son magasin, il faut recruter du personnel dédié uniquement à la sécurité. Selon Bertrand Godin, auteur du livre "Le secret de Mulliez", Auchan doit consacrer 0,9% de son chiffre d'affaires aux dépenses de sécurité afin de lutter contre le vol, autant de vigiles que de caissières en somme.

Un obstacle qui vaut la peine d'être surmonté, pour profiter de la croissance du secteur. Les 10 premiers distributeurs ne détiennent que 15% de parts de marché. De quoi laisser de la place aux nouveaux entrants. Ce sur quoi mise Carrefour.