Le déficit français dépassera 3% dès 2009

Thibaud Vadjoux avec AFP

— 

Selon les prévisions publiées ce matin, lundi 3 novembre, par la Commission européenne, le déficit public de la France atteindra cette année la limite de 3% du PIB autorisée par l'Union européenne (UE), et la dépassera à 3,5% en 2009 et 3,8% en 2010. La Commission enfonce ses prévisions précédentes, puisqu'elle prévoyait jusqu'ici un déficit de 2,9% en 2008, puis de 3% en 2009. Du côté français, le gouvernement tablait sur un déficit stable de 2,7% en 2008 et 2009 puis un recul à 2% en 2010 permettant un retour à l'équilibre en 2012. Ses prévisions ont été établies lors de la présentation du budget 2009 et la programmation pluriannuelle des finances publiques.

Eric Woerth, ministre du Budget, a néanmoins reconnu qu'il pourrait constater dans quelques semaines "la dégradation du déficit" dans le cadre du projet de budget pour 2009 en raison de la crise. Christine Lagarde avait déjà annoncé une révision possible de la croissance lors de la présentation du budget, une fois connu la prévision de la Commission européenne et celle de l'INSEE pour le troisième trimestre le 14 novembre. "L'hypothèse de croissance du projet de loi de finances pourrait ainsi être amendée. Ce changement exceptionnel est pleinement justifié par une situation qui est elle-même exceptionnelle", avait affirmé Christine Lagarde.

Le Premier ministre François Fillon estime dans une interview à France 2 qui sera diffusée ce soir dans l'émission "Complément d'enquête" que "l'important c'est de ne pas aller beaucoup au delà des 3%" de déficit public. "On aura un peu plus de déficit. Ce que d'ailleurs l'ensemble des pays européens vont connaître et ce que le pacte de stabilité de la zone euro prévoit puisqu'il prévoit qu'en cas de circonstances exceptionnelles, on peut aller au-delà des 3%", a expliqué le chef du gouvernement, dans l'émission enregistrée vendredi.

Croissance

La Commission prévoit pour 2008, que la croissance française atteindra 0,8% et sera nulle en 2009. Pour la zone euro, la croissance est attendue à 1,2%. Le projet de budget, présenté fin septembre en Conseil des ministres, prévoyait actuellement 1% de croissance, "la plus basse hypothèse de croissance depuis 24 ans". Pour la Commission, "la loi de modernisation de l'économie aura un impact limité sur la croissance car la restructuration à grande échelle du commerce de détail prend du temps."

Le taux de chômage en France atteint 7,6% en septembre contre 7,5% trois mois plus tôt selon la Commission européenne. Et la dette devrait rester stable à 65,4% du PIB en 2008 mais partir à la hausse en 2009 à 67,7% puis 69,9% en 2010.

Zone euro

La Commission européenne prévoit une récession dans la zone euro en 2008, avec un recul du produit intérieur brut (PIB) sur les trois derniers trimestres et table sur une croissance quasi-nulle, de 0,1%, en 2009. Si cela se confirme, il s'agira de la pire performance de la zone euro depuis sa création. Précisément, le PIB devrait reculer de 0,1% au troisième et quatrième trimestre par rapport aux trimestres précédents. Au deuxième trimestre, le PIB s'était déjà contracté de 0,2%. La zone euro est donc depuis la fin septembre entrée dans une récession technique qui se caractérise par deux trimestres consécutifs de recul du PIB, et ce pour la première fois depuis la création de la zone en 1999.

La Commission européenne s'attend par ailleurs à une hausse du taux de chômage de plus de 1 point dans la zone euro d'ici deux ans. Il devrait passer selon ses pronostics de 7,6% en 2008 à 8,7% en 2010.