Semaine hésitante à Paris

Julien Beauvieux

— 

Après avoir ouvert en hausse de 0,8%, le CAC 40 a grimpé de plus de 2,3% en début d'après-midi, à la suite de la publication de l'emploi américaines pour le mois de mai, qui ont fait apparaître une nette baisse des destructions d'emploi mais une hausse du taux de chômage. Cette dernière statistique l'a ensuite emporté, l'indice parisien revenant à l'équilibre vers 16h15, pour finalement repartir de l'avant et clôturé à 3338,05 points (+0,82%).

La séance de vendredi aura été à l'image de la semaine, alternant euphorie et coup de blues. Avec à la clef une progression hebdomadaire malgré tout confortable de 1,87%. Surtout, l'indice parisien a réussi à clôturer cinq séances consécutives au-dessus des 3.300 points. Chose qui n'était plus arrivée depuis le 8 janvier dernier.

Cette performance doit beaucoup au net rebond de 3,11% enregistré lundi 1er juin. Le CAC 40 avait alors été soulagé par le dépôt de bilan du constructeur automobile General Motors et par la publication d'indicateurs immobiliers américains plutôt favorables. Les dépenses de construction privée de logements sont notamment reparties à la hausse pour la première fois depuis août 2008.

L'indice parisien a réussi à conserver ses gains mardi 2 juin (-0,04%), avant de consolider mercredi (-2,02%) dans le sillage de la publication d'un indice montrant que l'activité s'est encore contractée aux Etats-Unis en mai dans les services, qui représentent 85% de l'économie américaine. Hier, la Bourse de Paris a à nouveau joué la prudence, en grappillant 0,07%.

Du côté des entreprises, les financières ont tiré la cote vers le haut. Dexia a enregistré un bond de 29,80% sur la semaine, tandis qu'Axa a grimpé de 12,24%. Crédit Agricole (+4,31%) et Société Générale (+8,54%) ont également affiché de belles performances. BNP Paribas a en revanche terminé la semaine sur une baisse de 1,85%.

Le compartiment automobile a également bien progressé, à l'image de Peugeot (+5,53%) et surtout de Renault (+13,67%). Le fabricant de pneumatiques Michelin a de son côté pris 2,65%.

Les investisseurs ont par ailleurs misé sur les autres valeurs cycliques. L'équipementier de télécommunications Alcatel-Lucent a gagné 8,73%. Le groupe d'ingénierie Alstom a engrangé 7%, et le cimentier Lafarge 5,16%.

Les valeurs défensives ont en revanche pâti de cette hausse hebdomadaire. EDF a cédé 4,11% sur la semaine, et France Telecom 7,51%.