La chute des ventes de bijoux plombe la demande d'or

Anne-Caroline Berthet avec agences

— 

L'or a moins la cote. Une chute de 9% de la demande mondiale a été enregistrée au deuxième trimestre par rapport à la même période un an plus tôt d'après les données du Conseil mondial de l'or.

Sans surprise c'est la chute de 22% de la demande des bijoutiers qui est en grande partie responsable de ce résultat. Les commandes en or des joailliers représentent en effet la moitié de la demande totale. Ceci s'explique par la baisse des ventes de bijoux en or. Les clients préfèrent repousser leurs achats et faire passer en priorité des "achats utiles" en temps de crise.

Les Anglais ont dépensé 166 millions de dollars en bijoux en or au premier trimestre soit un cinquième de moins par rapport à la même période un an plus tôt d'après The Guardian. "Nous avions mis de côté de l'argent pour acheter une bague en or mais nous avons été obligés de repousser notre achat à cause de la récession qui a affaibli nos finances" a expliqué un couple de Londoniens au journal anglais.

Chute en Inde

La demande d'or a même chuté de 31% du côté du plus gros acheteur: l'Inde, d'après l'agence Reuters. La hausse de 6% en Chine, deuxième acheteur mondial, n'a pas permis de compenser la baisse. Les joailliers chinois, friands d'or, en ont acheté 72,5 tonnes ce trimestre.

Pourtant, le prix du métal précieux ne laisse presque rien transparaître. Le prix de l'once troy reste à 943 dollars, au plus haut il était à 1.011 dollars, le 18 mars dernier.

Car l'or serait de plus en plus convoité par les banques centrales, d'après Reuters. Il leur servirait d'actif de réserve. Il reste par ailleurs une valeur refuge par rapport aux grandes monnaies mondiales.