1.500 producteurs de lait votent pour une grève

D.H. avec AFP

— 

"Lève toi producteur laitier", se sont mis à chanter les producteurs debout et en tapant des mains après avoir voté à main levée vers minuit pour une grève du lait mais sans évoquer de date, à l'issue de la réunion organisée par l'Association nationale des producteurs de lait indépendants (Apli). Selon un maire adjoint de la commune, 1.500 personnes ont participé à la réunion à Saint-Hilaire-du-Harcouët. La grève du lait consiste à jeter ou donner le lait trait pour faire ainsi pression sur l'industrie laitière et les politiques pour que les prix remontent.

Grève pas si chère

"Rien ne peut stopper une idée dont le temps est venu", a lancé un producteur allemand Stephan Lehman, très applaudi, après avoir tenté de démontrer chiffres à l'appui qu'une grève du lait coûterait pas si cher aux producteurs étant donné le prix d'achat pratiqué actuellement. L'agriculteur allemand a participé en mai 2008 à une grève du lait de 10 jours à laquelle participait six pays européens, dont l'Allemagne, mais pas la France, a-t-il expliqué à la tribune. "Nous avons récupéré en deux mois l'argent que nous avions perdu pendant la grève", avait indiqué ce membre du Bundesverband Deutscher Milchviehhalter (BDM) à l'AFP avant la réunion.

La France puis l'Europe

Le président de l'Apli qui revendique 600 membres depuis sa création en décembre 2008, Pascal Massol, a appelé les producteurs à installer dans leurs champs des panneaux indiquant: "ici bientôt grève et don de lait". "Si vous producteurs de l'Ouest, poids lourds de la production laitière française, démarrez, la France démarre, si la France démarre, l'Europe démarre", a ajouté ce producteur de l'Aveyron.

France et Allemagne, 50% du lait européen

"Personne ne veut faire grève du lait ce sont les politiques qui nous y obligent", a renchéri à la tribune Erwin Schopges, producteur belge, membre comme tous les intervenants à la tribune, de l'European Milk Board (EMB) qui revendique 40% de la production européenne. "Il faut s'unir et cesser de se renvoyer entre pays la balle de la responsabilité des prix trop bas. En Allemagne, on nous dit regardez les Français ils sont calmes, ils sont satisfaits du prix qu'ils viennent d'obtenir", a aussi dit le producteur allemand Stephan Lehman. "Cette année il faut que la France démarre car l'Allemagne et la France représentent plus de 50% de la production européenne", avait indiqué avant la réunion à l'AFP André Lefranc, coordinateur de l'Apli pour la Manche.

L'idée fait son chemin

Lundi, selon les gendarmes, environ 1.200 producteurs se sont réunis à Saint-Méen-le-Grand (Ille-et-Vilaine), sur le même thème. L'idée d'une grève du lait semble faire son chemin depuis plusieurs mois dans les campagnes françaises. Ces dernières semaines les réunions sur ce thème se multiplient et des centaines de producteurs y participent à chaque fois. A Saint-Hilaire, on trouvait des membres des principaux syndicats agricoles français, comme des producteurs non syndiqués.