Total pourrait fermer des unités de raffinage en France

E24 avec AFP

— 

La crise pourrait aussi toucher Total. Le groupe pétrolier français pourrait en effet fermer certaines de ses unités de raffinage françaises et européennes en raison de la baisse de ses exportations d'essence vers les Etats-Unis, a indiqué lundi un représentant de la CGT.

"Depuis la rentrée, on nous fait des présentations pour nous expliquer que la restructuration du schéma de raffinage européen est inéluctable et à l'étude", a déclaré Charles Foulard, coordinateur groupe de la CGT, confirmant des informations parues dans La Lettre de L'Expansion.

Selon Charles Foulard, Total rencontre depuis le mois de juillet des difficultés pour exporter de l'essence vers les Etats-Unis. La direction réfléchirait donc à fermer des unités productrices d'essence en Europe afin d'éviter une surproduction.

Excédents

Une information que dément le groupe. "Aucune fermeture d'unité de raffinage n'a été annoncée" à ce jour, a indiqué un porte-parole de Total, qui a cependant ajouté qu'une commission stratégique avait évoqué "le déséquilibre de marché croissant entre l'Europe et les Etats-Unis".

"Il y a des excédents croissants d'essence en Europe. Cette production était jusqu'à présent écoulée assez facilement vers les Etats-Unis. Or, aujourd'hui, la demande a tendance à fléchir" dans ce pays, a continué ce porte-parole. La consommation américaine d'essence a reculé de 3,4% lors du mois écoulé par rapport à l'an passé. En cause, le ralentissement économique et les prix élevés du pétrole. "Cela aura des conséquences en terme d'emploi, même s'il est aujourd'hui difficile de dire combien", selon le syndicaliste.