L'épargne court terme trop rémunérée, selon Noyer

J. Bx avec AFP

— 

Les taux de rémunération de l'épargne de court terme sont-ils trop élevés? Du point de vue de l'épargnant certainement pas, mais en pleine période de crise, les responsables politiques et économiques, à l'instar de Christian Noyer, se doivent de limiter les incitations à la reconstitution d'un bas de laine.

C'est en ce sens que le gouverneur de la Banque de France a invité les banquiers français à modérer leurs offres à destination des épargnants. Selon un banquier interrogé par l'AFP, Christian Noyer a envoyé une lettre au ton "très ferme", bien qu'il ne s'agisse que d'une recommandation, expliquant que les taux pratiqués pour rémunérer les comptes à terme sont "déconnectés" de ceux des marchés financiers.

Les mesures prises par la Banque centrale européenne (BCE) depuis la faillite de la banque américaine Lehman Brothers ont, en effet, permis d'abaisser très nettement le coût de financement à court terme des banques sur les marchés.

Mais les banques privilégient encore à ce mode de financement la collecte des dépôts, devenue cruciale depuis le début de la crise financière, en offrant aux épargnants des taux élevés, principalement via les comptes sur livret. En procédant ainsi, elles renchérissent le coût de l'argent ce qui ne favorise pas la baisse des taux des crédits induite par les mesures de la BCE, selon le gouverneur.

Et si les établissements passent outre ce renchérissement et baissent malgré tout leurs taux sur les crédits, ils prennent alors le risque de dégrader leurs résultats, ce que la Banque de France ne voit pas d'un bon oeil.

Par ailleurs, offrir des rémunérations élevées à l'épargnant favorise son attentisme en tant que consommateur. Le phénomène de reconstitution de l'épargne est inévitable en temps de crise, les particuliers préférant différer certains achats dans l'attente de jours meilleurs. Mais il ne doit pas être artificiellement dopé par des taux excessifs, faute de quoi la reprise de la consommation, prélude à une réduction durable du chômage, pourrait être entravée.