La Norvège développe les taxis propres

J. Bx avec AFP

— 

Le ministre norvégien de l'Environnement, Erik Solheim, héraut de la lutte contre le changement climatique, va inaugurer jeudi une compagnie de taxis "climatiquement correcte" et décrite comme étant vraisemblablement la première en Europe à opérer avec un bilan carbone neutre.

Nouvelle venue sur le marché du taxi à Oslo, O-Taxi (0 pour "zéro émission") ambitionne de réduire ses émissions de CO2 à la portion congrue en recourant à des véhicules "propres" et de compenser les émissions pour l'heure incompressibles via l'achat de crédits-carbone. "Ca ne coûtera pas plus cher, ça coûtera même moins cher", a déclaré à l'AFP Robert Hercz, l'initiateur du projet.

En pratiquant une politique tarifaire plus basse que les compagnies traditionnelles, M. Hercz espère que les clients préféreront ses taxis aux autres et que ses véhicules passeront donc plus de temps sur les routes et moins de temps immobilisés dans les stations. "Le principal coût d'exploitation d'un taxi, c'est le chauffeur. Or, en Norvège, le chauffeur est payé au kilomètre parcouru, pas à l'heure", a-t-il expliqué.

Facture incluant le CO2 émis

Dans la pratique, les clients recevront une facture incluant le volume de CO2 émis au cours du voyage. Ce volume sera intégralement compensé par l'achat, compris dans la course, de crédits-carbone auprès d'organismes agréés.

Forte de 35 véhicules dans un premier temps, la flotte sera quant à elle composée de voitures hybrides ou roulant au biocarburant, ou de modèles modernes avec des moteurs à combustion émettant moins de 120 grammes de CO2 par kilomètre.

Les constructeurs sont aussi invités à soumettre leurs prototypes de véhicules propres pour expérimentation. Selon M. Hercz, sa compagnie de taxis est "selon toute vraisemblance" unique en Europe, le responsable n'ayant connaissance que d'un seul autre exemple en Nouvelle-Zélande.