8,2% de croissance en Chine pour 2009

EM avec AFP

— 

La croissance pour la Chine en 2009 ne devrait plus être de 7% mais de 8,2%, contre 9% en 2008, a confirmé ce mardi la Banque asiatique de développement (BAD),. L'organisme explique ce redressement par les effets positifs du plan de relance de la troisième économie mondiale.

"Des politiques budgétaires et monétaires expansionnistes ont atténué l'impact de la récession mondiale sur l'économie", a estimé la BAD.

"Une hausse des prêts bancaires et des investissements en capital fixe vigoureux ont maintenu la croissance à un rythme plus soutenu que prévu en mars. La croissance du produit intérieur brut sera plus forte qu'anticipé, en 2009, comme en 2010", a-t-elle ajouté.

Le produit intérieur brut de la Chine a ainsi connu une hausse de 7,9% de croissance au deuxième trimestre, après 6,1% au premier, soutenue par le plan de relance du gouvernement.

Ce plan, financé à 30% par le gouvernement central, prévoit 4.000 milliards de yuans (400 milliards d'euros) d'investissements en 2009 et 2010, notamment dans les infrastructures,.

Relâchement du contrôle du crédit

Pour accompagner Pékin, les banques ont massivement relâché le contrôle du crédit et octroyé un record de 7.730 milliards de yuans (770 milliards d'euros) de nouveaux prêts sur les sept premiers mois de l'année.

Selon les analystes, des doutes demeurent cependant sur l'utilisation de ce volume du crédit. Une partie aurait en effet pu être investie en Bourse ou dans l'immobilier.

La Banque asiatique de développement a donc mis en garde la Chine contre la possibilité de voir les prêts bancaires détournés "à des fins non productives". Les risques de "spéculation dans les actions et l'immobilier, de mauvaise allocation de ressources, érodent la qualité des actifs des banques et peuvent éventuellement être source de pressions inflationnistes".

"Le flot de crédit bancaire, s'il devait durer trop longtemps, pourrait déclencher un nouvel épisode de contrôle strict du crédit qui ferait de nouveau baisser la croissance", a rajouté la BAD.