La vitrine de l'armement chinois

CV avec AFP

— 

La démonstration de force de l'armée chinoise jeudi 1er octobre à l'occasion de la grande parade des soixante ans du régime communiste (lire ici l'article de 20minutes.fr) a surtout montré que les réformes économiques n'ont pas laissé l'armée de côté, analyse une source diplomatique occidentale souhaitant rester anonyme.

Contrairement au dernier défilé, en 1999, l'Armée populaire de libération (APL) avait 100% d'armements chinois alors qu'elle était auparavant fortement dépendante de l'armement russe. Grâce à la politique de modernisation, la Chine a notamment renforcé ses capacités en matière de missiles, d'avions et de drones.

"Saut qualitatif"

Pour autant, bon nombre d'experts étrangers relativise cet étalage technologique loué par les médias chinois. "Sur ce que nous avons vu, on ne peut tirer aucune conclusion sur les moyens actuels des troupes ou les capacités des équipements", a déclaré à l'AFP Dennis J. Blasko, expert des questions de défense et ancien attaché militaire américain en Chine.

Mais pour lui, à part l'avion de chasse Jian-10, la plupart de ce qui a été présenté ce jeudi n'est qu'une amélioration de l'existant et de ce qui avait été vu lors du précédent défilé.

Récemment, le ministre chinois de la Défense nationale, Liang Guanglie, a affirmé que les capacités militaires de son pays avaient connu un "saut qualitatif" et que son armement rivalisait désormais avec celui des pays occidentaux.

Mais, pour beaucoup d'experts, la Chine a encore du chemin à parcourir avant de pouvoir concurrencer les Etats-Unis.

"La plupart de ses voisins, y compris le Japon, l'Inde, la Corée du Sud et Taiwan, ont des forces aériennes et navales mieux entraînées et plus en avance", remarque Pei Minxin, un spécialiste de la Chine au Carnegie Endowment for International Peace à Washington.