Économie

Les centrales peuvent fonctionner encore 10 ans

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), a indiqué dans un communiqué, mardi 7 juillet, "qu'elle n’a pas identifié de problème générique mettant en cause la capacité d’EDF à maîtriser la sûreté de ses réacteurs de 900 MWe jusqu’à 40 ans." Tous les 10 ans, l'ASN doit réaliser un bilan de santé des centrales françaises dont la durée de vie de conception est prévue pour 40 ans.

L'ASN donne donc un feu vert de principe à la continuation de l'exploitation des centrales si les contrôles "réacteurs par réacteurs" à l'issue de leur troisième visite décennale sont rassurants. Il y a toute une gamme de décisions possibles "entre l'arrêt absolu et le feu vert pour dix ans", a déclaré le président de l'ASN André-Claude Lacoste, précisant que l'Autorité de sûreté nucléaire pourrait autoriser une poursuite du fonctionnement pour seulement 5 ans ou pour 10 ans sous réserves de modifications.

Fin de parcours

La France qui a construit son parc nucléaire de 58 réacteurs en un temps très court, voit la plupart de ces centrales arriver bientôt à la fin de leur période d'exploitation. 13 réacteurs auront atteint une durée d'existence de 40 ans d'ici à 2020 et 24 réacteurs supplémentaires entre 2020 et 2025. A partir de l'année prochaine, les derniers contrôles pour les 10 prochaines années seront effectués.

Le réacteur 1 de Tricastin, dont la 3ème visite décennale a débuté en mai, devrait faire l'objet d'une "prise de position de l'ASN en 2010", a indiqué Guillaume Wack, soulignant qu'il s'agirait de la première décision concernant une éventuelle prolongation de l'exploitation jusqu'à 40 ans. A partir de 2010, l'ASN devrait prendre une décision pour "3 ou 4 réacteurs par an, a-t-il ajouté.