Baisse des prix des restaurateurs

D.H. avec AFP

— 

Contrepartie. L'Etat et huit syndicats de restaurateurs signent mardi 28 avril le "contrat d'avenir" engageant la profession à baisser les prix, créer des emplois et investir, en contrepartie de la baisse de la TVA qui va passer de 19,6% à 5,5%. L'application du taux réduit de TVA pourrait intervenir dès le 1er juillet, selon plusieurs sources, et non le 1er janvier 2010 jusqu'ici évoqué, répondant ainsi aux demandes des restaurateurs qui souffrent de la baisse de leur activité.

Juridiquement et techniquement, la baisse pourrait intervenir dans quelques semaines, indique-t-on de source proche du dossier. Les restaurateurs ont reçu lundi l'appui de l'UMP favorable à une TVA à 5,5% dès le 1er juillet. Le contrat d'avenir sera signé mardi à Bercy à l'occasion d'Etats généraux de la restauration.

La liste de produits ou famille de produits (café, eau minérale, plat du jour, menu, menu enfant...) sur lesquels sera répercutée la baisse de la TVA, équivalent à une réduction de prix de plus de 10%, doit encore être l'objet d'une réunion lundi soir entre le gouvernement et les restaurateurs.

Sur cette liste de 10 produits, chaque restaurateur devrait s'engager à baisser les prix sur 7 (chiffre encore provisoire) pour pouvoir se prévaloir d'appliquer la baisse de la TVA en apposant "un signe sur la vitrine qui montre au consommateur que l'établissement répercute la baisse", selon Christine Pujol, président de l'Umih, premier syndicat du secteur. Il faudra "accompagner cette baisse de TVA et les baisses de prix d'une grande campagne de communication", insiste-t-elle, mais aussi "d'un effort de pédagogie de notre part à destination de nos adhérents".

Quelque 92% des restaurateurs sont "prêts à s'engager en contrepartie de la baisse de la TVA", mais ils ne sont que 40% à vouloir s'engager à baisser les prix, selon une enquête pour le cabinet spécialisé Gira et l'hebdomadaire L'hôtellerie-Restauration. Les autres préfèrent essentiellement s'engager à investir. Selon cette enquête, à laquelle ont répondu 3.121 lecteurs du magazine, les restaurateurs veulent cibler les baisses de prix sur le café (57%), le menu le moins cher (53%), les plats les plus consommés (31%).

Deuxième syndicat de la profession, le Synhorcat avance que les 2/3 de ses adhérents sont prêts à baisser les prix que ce soit sur le café, les menus, les formules (menu + boisson et café), soit 76% de ses 2.500 (sur 10.000) adhérents ayant répondu au questionnaire. 77% des restaurateurs sont prêts à augmenter les salaires, 54% à embaucher du personnel ou à signer des contrats d'apprentissage ou de professionalisation, selon cette enquête. Outre la baisse des prix et l'emploi, le contrat d'avenir entre l'Etat et les restaurateurs prévoit des efforts sur l'investissement.