Bonus: Sarkozy, Merkel et Brown veulent que le G20 impose des règles

J. Bx avec AFP

— 

La France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne veulent que le G20 impose des "règles obligatoires" et des sanctions sur les rémunérations dans le secteur financier, dont le plafonnement des bonus, dans une lettre commune de Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Gordon Brown rendue publique jeudi 3 septembre.

Dans cette lettre adressée au président en exercice de l'Union européenne (UE), le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt, le président français, la chancelière allemande et le Premier ministre britannique énumèrent une série de "principes" qu'ils souhaitent que le G20, lors du sommet prévu les 24 et 25 septembre à Pittsburgh (Etats-Unis), transforme en "règles obligatoires" pour les établissements financiers de "taille importante".

Le G20 doit "s'assurer que des sanctions existent au niveau national pour les banques qui n'appliquent pas ces règles", précisent les trois dirigeants dans ce courrier rendu public par l'Elysée.

Position commune

"Nous devrions également examiner les moyens de limiter le montant des rémunérations variables (bonus) dans les banques, soit en proportion des rémunérations totales, soit en fonction des revenus et/ou des profits de la banque", ajoutent Mme Merkel et MM. Sarkozy et Brown.

Le président français et la chancelière allemande avaient dévoilé leur intention d'envoyer cette lettre lundi 31 août, avec pour objectif d'harmoniser les positions de l'Union européenne sur la régulation des marchés financiers avant le sommet du G20. Ils ont été rejoints par Gordon Brown, jusque-là plus réservé notamment en matière de plafonnement des bonus.