La recapitalisation des banques américaines prendra "quelques mois"

E24 avec AFP

— 

Le plan de recapitalisation des banques américaines prendra "quelques mois" pour être mis en oeuvre, a déclaré, lundi 10 novembre, le sous-secrétaire au Trésor américain pour la stabilité financière, Neel Kashkari. "Etant donné la complexité des nombreuses transactions devant être exécutées" dans le cadre de ce plan, "il faudra quelques mois pour que tous ces investissements soient réalisés", a déclaré Neel Kashkari dans un discours prononcé à New York devant l'association des entreprises de courtage Sifma. Le Trésor américain avait annoncé mi-octobre son intention de renflouer les fonds propres des établissements bancaires américains sains qui le souhaitent en dépensant 250 milliards de dollars en échange de prises de participation minoritaires dans ces banques.

14 novembre

Sur ce total, le Trésor a déjà alloué 125 milliards de dollars à neuf des plus grandes banques américaines, et a annoncé que près de deux mille établissements cotés pouvaient se porter candidats pour bénéficier de la deuxième tranche du programme. "Il est important de noter que le Trésor ne va pas mettre en oeuvre ce programme sur la base du premier arrivé premier servi. Il y a suffisamment de capitaux prévus" pour tous les candidats potentiels, a assuré Neel Kashkari, dont le texte du discours a été communiqué à la presse. Les établissements cotés qui souhaitent participer au programme ont jusqu'au 14 novembre pour se faire connaître. Le Trésor a indiqué qu'il pourrait étendre ce plan aux institutions de dépôt non cotées et qu'il publierait bientôt les modalités de participation prévues pour ceux-ci.

Actifs toxiques

Neel Kashkari, qui faisait un point sur la mise en oeuvre du plan de sauvetage du système financier, n'a pas du tout parlé du programme de rachat des actifs toxiques accumulés par les banques pendant la dernière bulle immobilière. Ce programme, présenté initialement par le secrétaire au Trésor Henry Paulson comme la meilleure réponse possible pour aider les banques, tarde à être appliqué. Les différentes structures nécessaires à son fonctionnement sont en train de se mettre en place, mais aucun achat d'actif douteux plombant les bilans des banques n'a été annoncé.

Transition

Dans un entretien publié lundi par le Financial Times, le président de la Sifma, Tim Ryan, exhorte le gouvernement à aller de l'avant avec ce programme. "Je ne pense pas que nous puissions le mettre en attente pendant deux mois", de la même manière qu'"on ne placerait pas la politique étrangère en attente pendant les mois de la transition", avant la prise de fonction du nouveau président Barack Obama, a-t-il dit.