La Coface place la Chine et la Russie sous surveillance négative

E24 avec AFP

— 

La crise touche deux grandes puissances économiques. L'assureur crédit Coface a placé sous surveillance négative les notes de la Chine (troisième économie mondiale) et de la Russie, notamment en raison des "fortes vulnérabilités" des entreprises de ces pays face au ralentissement économique mondial, a-t-elle annoncé lundi dans un communiqué. "La crise de crédit touche maintenant deux grands pays émergents, la Russie et la Chine, qui jouissaient pourtant ces dernières années d’une confortable situation macroéconomique et financière", a expliqué dans le communiqué François David, le président de Coface, qui tient lundi un "Colloque Risque Pays".

"Mais les entreprises de ces deux pays affichaient de fortes vulnérabilités, déjà repérées par Coface, brutalement accentuées par le ralentissement actuel", a-t-il ajouté. La note de la Chine est actuellement de "A3". La Coface anticipe pour ce pays une croissance de 7% en 2009. Pour la Russie, la Coface prévoit une croissance 2009 de +2,5%. Sa note est actuellement de "B".

La Coface a par ailleurs annoncé la dégradation de 22 notations pays lors de son 13è "Colloque Risque Pays". Parmi les principaux pays déclassés, on trouve l'Australie (de "A1" à "A2"), la Nouvelle-Zélande (de "A1" à A2"), Taiwan (de "A1" à "A2"), Hong Kong (de "A1" à A2") ou encore le Mexique (de "A3" à "A4").

"La crise de crédit (...) semble avoir atteint une nouvelle dimension au quatrième trimestre, à l’heure où même les entreprises de pays résistants jusqu’alors (à l’image de l’Allemagne) sont touchées à leur tour", indique la Coface. L'assureur crédit prévoit désormais pour 2009 une croissance mondiale de 0,9% et juge que la crise de crédit ne s'achèvera pas avant 2010. "Si l’on se base sur le choc d’activité (...), cette crise devient équivalente à celles du début des années 1980 et 1990", explique la Coface.

"Au niveau mondial, le différentiel de croissance attendu est désormais de 3,1 points de PIB entre 2007 et 2009. Il n’était que de 2,5 points entre 2000 et 2001, lors de la précédente crise de crédit liée à l’éclatement de la bulle internet", est-il précisé. Concernant les défauts de paiement, la Coface a enregistré une progression de 47% sur l'ensemble de l'année 2008, avec une accélération au quatrième trimestre.