Le Grenelle de l'environnement devrait coûter 440 milliards d'euros

E24 avec AFP

— 

Combien coûtera le Grenelle? 440 milliards d'euros d'investissement entre 2009 et 2020, selon une étude d'impact diffusée lundi 10 novembre. Le bénéfice escompté est estimé à 535.000 emplois, particulièrement dans les domaines du bâtiment et des transports. L'évaluation, conduite par le ministère du Développement durable et parvenue lundi à l'AFP, porte sur les coûts et les bénéfices directs économiques, sociaux et environnementaux de la loi programme du Grenelle.

Au total, les programmes concernant le bâtiment, le plus gros chantier du Grenelle, devraient absorber à eux seuls 205 milliards d'euros, dont 192.000 dédiés à la rénovation thermique. Mais ils permettraient aussi de maintenir ou créer près de 300.000 emplois. Dans les transports -doublement du réseau TGV, lancement du canal Seine-Nord-Europe et soutien au fret hors routier-, les investissements devraient se monter à 192 milliards d'euros et représenter 80.000 emplois.

Autre gros pan du programme, le développement des énergies renouvelables doit mobiliser sur la même période (2009-2013) quelque 115 milliards d'euros. Ce qui créerait 220.000 emplois. Quelques 23,2 milliards doivent aussi être affectés à la protection de la biodiversité.

Investissements

"Les coûts des mesures du Grenelle doivent être vus comme des investissements structurants et de long terme", sur 25 à 50 ans, précise l'étude. En outre, le coût de réalisation sera partiellement compensé par les économies d'énergie. Avec un baril de pétrole à 55 euros, celles-ci représenteront environ 43 mds d'euros (100 mds pour un baril à 80 euros) sur 2009-2013. Et, pour le financement des infrastructures comme pour la rénovation du logement social, "quand l'Etat met un euro en jeu, le secteur privé en met quatre", selon le ministère.

Cette étude vise surtout à montrer au public et aux sceptiques, nombreux depuis le lancement du processus, que "les programmes du Grenelle sont bel et bien financés", a expliqué lundi un conseiller de Jean-Louis Borloo.

En terme de bilan écologique, les programmes du Grenelle doivent permettre d'éviter l'émission d'environ 35 millions de tonnes de CO2 avant 2013 (le plus important des gaz à effet de serre) dans l'atmosphère, estime l'étude. Cette dernière a été présentée en fin de semaine dernière au comité de suivi du Grenelle.