Le gouvernement veut développer l'emploi vert

E.M. avec AFP

— 

Deux ans après le Grenelle de l'environnement censé développer 600.000 emplois verts selon le gouvernement, les filières se sont réunies mardi pour se mettre en ordre de marche.

La secrétaire d'Etat au Développement durable Valérie Létard a installé le comité de pilotage dont elle avait obtenu la création en conseil des ministres, début septembre, et qui rassemble élus, professionnels, collectivités, syndicats et associations, sur le modèle du Grenelle.

Transports, automobile, énergies renouvelables, eau-assainissement-déchets, bâtiment, agriculture et forêts, électromécanique, raffinage et biocarburants, tourisme et métiers de la mer: dix filières prioritaires bénéficieront chacune d'un comité ad hoc pour augmenter les emplois vert.

"Inadéquation entre l'offre et la demande"

Il s'agit de mobiliser les territoires et les secteurs concernés sur le développement de ces nouveaux métiers, pour lesquels "il y a inadéquation entre l'offre et la demande", souligne Mme Létard,

Citant le Pôle emploi, elle rappelle que "l'emploi vert représente aujourd'hui 1,5% de l'emploi total, c'est-à-dire 375.000 postes à pourvoir de façon immédiate", mais pour lesquels les candidats éventuels sont peu ou pas formés.

600.000 emplois

L'ensemble des chantiers issus du Grenelle représente, selon le gouvernement, une activité économique estimée à 450 milliards d'euros et 600.000 emplois d'ici 2020, dont la moitié dans le seul bâtiment, pour promouvoir des logements sobres en énergie.

Le comité de pilotage devra identifier d'ici le 20 décembre les métiers, définir les besoins et organiser la formation et le recrutement. La ministre a prévu de mettre en place, fin janvier, une conférence nationale sur les métiers de la croissance verte.