Google "casse les prix pour s'implanter"

Guillaume Guichard

— 

Google Voice, Androïd, GMDesk… Google multiplie les lancements de nouveaux produits. Retour sur une stratégie foisonnante avec Dominique Piotet, président Etats-Unis de L'Atelier, cellule de veille de BNP Paribas spécialisée dans les nouvelles technologies.

E24: Malgré la crise, Google ne s'en tire pas trop mal. Comment fait-il?

Dominique Piotet: Tout simplement parce que c'est le seul acteur dans le monde, aujourd'hui, qui comprenne où va internet. Pour une raison simple: c'est lui qui le crée! Et, à la base de sa stratégie, il y a la volonté de devenir la porte d'accès au web disponible de n'importe où, et pour tout le monde.

D'autre part, Google est quasiment le seul à monétiser cette fameuse porte d'entrée grâce à AdSense et AdWords, ses applications de publicité en ligne. Et encore, il ne gagne de l'argent que sur une petite partie de ses activités! Prenez YouTube. Ils dépensent 400 millions d'euros par an pour cette plateforme (et on ne sait pas combien ils gagnent). Mais ils ont les moyens d'assumer.

Est-ce pour cette dernière raison qu'ils ne cessent de lancer de nouveaux produits… toujours gratuits?

Non. Car derrière la gratuité des services de Google, il y a évidemment un modèle économique. Quand l'entreprise cherche à entrer sur de nouveaux marchés, comme la téléphonie mobile par exemple, il doit briser les barrières à l'entrée. Et le plus simple pour prendre des positions sur un marché mature, c'est encore de casser les prix.

Mais attention! Le produit n'est gratuit que pour l'utilisateur final, car Google se rémunère sur les intermédiaires. Et cette apparence de gratuité lui permet au final d'attirer un trafic très important et très rapidement. Un trafic qu'il peut ensuite vendre aux annonceurs. La boucle est bouclée.

Néanmoins, la multiplication des produits par Google ressemble parfois à un grand bazar… Cela ne le dessert-il pas?

C'est normal: Google est très attaché au principe d'innovation. Il donne un jour par semaine à ses employés pour qu'ils se consacrent à un projet personnel. Il en sort une multitude de produits qui sont lancés. Certains marchent, d'autres pas. Or, Google est devenu une grosse organisation, avec beaucoup d'argent et peu de pilotage. Certains dirigeants du groupe s'en plaignent et ont même quitté l'entreprise pour cette raison. Mais, encore une fois, comme Google gagne de l'argent, il peut se permettre ce bazar créatif. D'où il extrait parfois des pépites.