TF1 dans le rouge

AFP

— 

TF1 affiche une perte d'exploitation de 11,8 millions d'euros au terme des trois premiers mois de l'année, à cause de la chute des recettes publicitaires. Le groupe audiovisuel prévoit a néanmoins clôturé le premier trimestre sur un résultat net positif de 6,4 millions d'euros, grâce à un produit d'impôt et aux contributions de ses participations dans d'autres sociétés. TF1 avait publié début mai son chiffre d'affaires du trimestre, indiquant une chute de 27% de ses revenus.

Le groupe revoit à la baisse ses prévisions pour l'ensemble de l'année. TF1 ne communique pas de prévision de chiffre d'affaires mais indique que ses hypothèses de travail, qui tablaient sur une contraction de 9% de l'activité, ont été depuis portées à une diminution de 13%. En conséquence, le groupe relève son objectif d'économies de 60 à 70 millions d'euros.

Les pertes opérationnelles (12 millions d'euros) résultent de plusieurs facteurs: baisse des revenus publicitaires, charge supplémentaire imposée par la nouvelle taxe relative au financement de l'audiovisuel public pour 6 millions d'euros, charges de réorganisation (4 millions d'euros), prise en compte d'une perte de 10 millions d'euros liée aux derniers films sortis en salles, souligne TF1.

Seule planche de salut pour le groupe: les activités de diversification (TMC, Eurosport, notamment), dont le chiffre d'affaires a progressé de 2% à 217 millions d'euros. TF1 indique en outre que les premiers efforts de réduction des coûts ont commencé à donner des résultats. Le coût de la grille de la chaîne TF1 s'établit à 228 millions d'euros, en diminution de 7 millions d'euros, soit un recul de 3% en un an. L'arrêt d'activités non rentables, la renégociation de contrats, la réduction des charges externes ont par ailleurs généré 7 millions d'euros d'économies, portant à 14 millions d'euros la réduction des coûts au 1er trimestre.

TF1 a également annoncé être en discussion avec le groupe UGC sur un projet de co-investissement dans la production et l'acquisition d'oeuvres cinématographiques. "Ce projet permettrait aux groupes TF1 et UGC de créer un pôle compétitif et attractif de financements et de coproductions de films francophones, européens et internationaux", selon le texte.