Immobilier: Dubaï tombe de haut

D.H. avec agence

— 

Dubaï, "Babylone de l'immobilier", tombe aujourd'hui de haut. L'émirat qui a été jusqu'à construire une île artificielle en forme de palmier souffre aujourd'hui d'un des plus importants retournements du marché immobilier mondial suite à l'éclatement de la bulle d'investissement, affirme l'agent immobilie britannique Knight Frank LLP.

Les prix de l'immobilier à Dubaï ont chuté de 32% en douze mois au 31 mars 2009, selon une étude de Knight Frank LLP. Il y a un an, les prix de l'immobilier s'appréciaient encore de 48% par an. L'émirat a été bien plus touché par la crise que d'autres marchés immobiliers, car le boom de la construction a créé des milliers d'habitations au moment où la demande s'évaporait.

Lettonie, Dubaï et Singapour trinquent

En un an, Dubaï est passé de la plus forte augmentation des 46 marchés observés par l'indice mondial Knight Frank LLP au second déclin après la Lettonie. Au premier trimestre 2009, les prix de l'immobilier en Lettonie ont en effet chuté de 36%, alors que Singapour tenait lui la troisième place avec une baisse de 24%. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni suivent (-17%).

Israël en tête

A l'inverse, Israel enregistre la plus forte augmentation des prix. L'immobilier s'y est apprécié de 11%. La République Tchèque et Jersey se placent en seconde et troisième positions des marchés en hausse.