A400M, le dérapage financier

CV

— 

En févier dernier, Le

Le Figaro chiffrait à 5 milliards d'euros le sucroût entraîné par le retard pris sur l'A400M.
Aujourd'hui, la facture supplémentaire de l'avion militaire européen est estimée à 7,4 milliards par Les Echos, soit 40% de plus qu'initialement prévu.

C'est l'une des conclusions de l'audit réalisé par PriceWaterhouseCoopers.
En fait, il faut effectivement trouver 5 milliards supplémentaires pour fabriquer les 180 appareils prévus, somme qui s'ajoute aux 2,4 milliards de charges passées depuis un peu plus d'un an par EADS, expliquent Les Echos citant des sources concordantes.

EADS, la maison mère d'Airbus, a en effet déjà provisionné 2,4 milliards d'euros dans ses comptes pour faire face aux difficultés du contrat initialement estimé à 20 milliards d'euros. "De fait, ces cinq milliards d'euros représentent une évaluation des surcoûts du programme, nécessaire et attendue par les clients pour pouvoir aborder la dernière étape des discussions", écrit le quotidien. La facture totale serait donc de 27,4 milliards.

EADS et ses clients espèrent parvenir à un

nouvel accord d'ici la fin de l'année
.