Arrêt maladie: votre employeur pourra vous contrôler

D.H. avec AFP

— 

"On n'a pas besoin d’une intervention d’un médecin de la Sécurité sociale", a indiqué le ministre du Budget Eric Woerth lors de l'émission "Face aux chrétiens" (RCF-Radio Notre Dame-La Croix), selon des propos transcrits sur le site internet de la Croix et confirmé à l'AFP par son ministère. "Ce n'est qu’un problème de justice. Plus on est dans un pays où il y a des droits, plus il y a des contrôles, c’est normal", a-t-il ajouté. Cette annonce survient alors que des chiffres sur les arrêts de travail injustifiés viennent d'être rendus publics.

Médecin envoyé par l'employeur

L'assurance maladie avait lancé en 2008 une expérimentation permettant de suspendre les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale sur la base de l'avis négatif donné par un médecin envoyé par l'employeur. Elle était limitée à quelques régions affichant des dépenses particulièrement élevées en la matière (notamment Amiens, Avignon, Vannes, Evreux, Reims, Nîmes, Carcassonne).

Les fonctionnaires concernés

Eric Woerth veut désormais étendre la mesure à tout le territoire. Cette mesure s'inscrira dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2010, ont précisé ses services à l'AFP. Le ministre souhaite que les fonctionnaires soient aussi concernés. "Le médecin sera payé par la collectivité locale quand c'est un fonctionnaire d’une collectivité locale qui est concerné", a précisé Eric Woerth. "Je souhaite aussi que pour le fonctionnaire d’Etat il y ait un contrôle normal, régulier, de l’opportunité des arrêts maladie", a-t-il ajouté.