Plus de contrats aidés mais moins d'apprentis

CV avec AFP

— 

Le nombre de contrats de travail subventionnés par l'Etat a augmenté depuis janvier de 14% à 160.000 au 1er semestre 2009, contrairement aux contrats de formation en alternance comme l'apprentissage, qui ont plongé avec la crise, a indiqué ce mercredi le secrétariat d'Etat à l'Emploi.

Les contrats aidés du secteur non marchand, dont le gouvernement entendait avant la crise limiter l'usage, prennent la forme notamment d'emploi d'auxiliaires de vie scolaire dans l'Education nationale. Juridiquement, la personne signe un Contrat d'accompagnement dans l'emploi (CAE) ou un contrat d'avenir. Pour 2010, les arbitrages budgétaires ne sont pas encore rendus.

Incitations

Depuis la parution d'une circulaire en date du 30 mars, la prise en charge de l'Etat a été portée à 90% pour inciter les associations ou collectivités à y recourir, car c'est devenu moins cher pour elles et beaucoup d'instructions ont été données pour développer ces contrats aidés, selon l'entourage de M. Laurent Wauquiez.

Certains auxiliaires de vie scolaire se plaignent de ne pas voir leur contrat renouvelé, mais le gouvernement insiste de son côté sur le nombre global stable de 46.000 de ces auxiliaires pendant l'année 2009.

Effondrement

En revanche, le nombre de contrats en alternance (cours théorique et

apprentissage dans l'entreprise
dans l'entreprise)
dont la relance est au coeur du Plan Jeunes de Nicolas Sarkozy
, à grand renfort d'avantages financiers pour les entreprises, s'est effondré.

La tendance observée en avril s'est poursuivie en mai avec une baisse de janvier à mai 2009 de -20% à 64.228 contrats d’apprentissage signés par rapport à la même période de 2008).

Enfin, le nombre de contrats de professionnalisation, utilisés pour recruter des jeunes souvent plus âgés que les apprentis et préparer des diplômes plus élevés (des Bac Pro ou un BTS plutôt qu'un CAP ou un BEP), a chuté de 38% à 31.212.

Nicolas Sarkozy reçoit ce mercredi une cinquantaine de patrons de grandes entreprises pour relancer la machine à emploi des jeunes.