Relever l'âge de la retraite, une "piste"

— 

Brice Hortefeux n'a pas fait dans la langue de bois, ce dimanche, à propos du problème des retraites. "Comme on sait que si on ne fait rien on va dans le mur, il n'y pas aujourd'hui à ma connaissance 36 solutions, il y en a trois: diminuer les pensions -est ce que vous sentez aujourd'hui dans le pays les gens prêts à cela ?- augmenter la durée de cotisation, reporter l'âge de départ à la retraite comme l'ont fait les Allemands sur une trentaine d'années jusqu'à 67 ans", a expliqué le ministre du Travail lors de l'émission "Dimanche soir politique" (France Inter/Le Monde/I-Télé).

"Ce sont les trois pistes généralement présentées et il faut naturellement exprimer des choix, et c'est possible qu'il y ait d'autres pistes en dehors de cela. Les partenaires sociaux ont aussi leur rôle à jouer", a-t-il ajouté, avant de préciser plus tard à l'AFP qu'"il s'agit effectivement de pistes généralement présentées mais qui n'engagent en rien le gouvernement".

"Vous aurez en février 2010 un rapport du Conseil d'orientation des retraites qui donnera un certain nombre d'indications, d'orientations, de suggestions", a expliqué le ministre lors de l'émission. "Il faut attendre ce rapport mais le débat est permanent sur la question des retraites".

Les réformes successives des retraites, mises en route en 1994 par Edouard Balladur, en 2003 par François Fillon (alors ministre du Travail) et en 2007-2008 par Xavier Bertrand n'ont pas touché à l'âge légal au dessus duquel il est possible de partir à la retraite, fixé à 60 ans depuis 1982. Ces réformes ont en revanche allongé progressivement la durée de cotisation exigée pour bénéficier d'une retraite à taux plein, qui était de de 37 ans et demi de cotisations avant 1994 et qui sera de 41 ans en 2012.

Jugeant ces mesures insuffisantes pour retarder l'âge du départ effectif à la retraite de la plupart des salariés, le patronat réclame un relèvement de l'âge légal de la retraite, ce à quoi s'opposent les syndicats. Par ailleurs, l'âge auquel un employeur peut mettre un salarié d'office à la retraite a été relevé par le Parlement au 1er janvier dernier de 65 ans à 70 ans.