Le déficit de l'Etat proche de 89 milliards à fin mai

J. Bx avec AFP

— 

Une aggravation des finances de l'Etat était à prévoir (sans compter le déficit de la Sécurité sociale et les comptes des collectivités locales), et les dernières données budgétaires ministérielles l'ont confirmé. En mai, le déficit budgétaire s'est établi à 88,7 milliards d'euros, contre 50,1 milliards à la même date en 2008.

Cet écart "s’explique à hauteur de 16,1 Md€ par l’incidence de la mise en œuvre des mesures de relance de l’économie (dont 6,25 Md€ de prêts au secteur automobile) et, pour le reste, essentiellement par l’évolution moins favorable des recettes fiscales due à la conjoncture", selon un communiqué du ministère du Budget.

Le déficit budgétaire devrait atteindre 125 à 130 milliards d'euros à la fin de l'année, indique t-on au ministère.

Hausse de 3,2% des dépenses

Les dépenses totales (budget général et prélèvements sur recettes) ont atteint 152,1 milliards d'euros, soit une hausse de 3,2% sur un an. "Hors plan de relance, l’évolution d’une année sur l’autre des dépenses est maîtrisée, en ligne avec les prévisions de la loi de finances", précise le communiqué.

Les dépenses liées au plan de relance ont représenté 3,5 milliards d'euros, dont 0,8 milliard au titre des dépenses d'investissement. Le communiqué ajoute que la charge de la dette a baissé de 1,5 milliards d'euros par rapport au mois de mai 2008, en raison de "l’évolution favorable des taux d’intérêt appliqués à la dette de court terme".

Manque à gagner fiscal

Les recettes (nettes des remboursements et dégrèvements et hors prélèvements sur recettes) ont de leur côté chuter de 22,2%, à 90,5 milliards d'euros. Le ministère du Budget précise que le manque à gagner sur les recettes fiscales à atteint 25,4 milliards d'euros. "Cette baisse s’explique à la fois par la mise en œuvre des mesures de soutien à la trésorerie des entreprises dans le cadre du plan de relance (6,4 Md€) et par l’évolution défavorable des recettes fiscales sous l’effet de la conjoncture économique", explique le communiqué.

Hors plan de relance, les recettes fiscales auraient accusé un repli de 17,3% par rapport à 2008, notamment en raison d'un recul de l'impôt sur les sociétés et de la collecte de TVA. Sous l’effet de la conjoncture économique, ces deux taxes ont respectivement enregistré des manques à gagner de 12,1 et 6,3 milliards d'euros.