BNP Paribas, un pied dans la botte italienne

©2006 20 minutes

— 

Banca Nazionale del Lavoro (BNL) a répondu favorablement à la demande en mariage de BNP Paribas, samedi

La française a aussi reçu le soutien de quatorze actionnaires de l'italienne, qui vont lui apporter plus de 60 % du capital

Si l'union est validée par les autorités, une offre publique sera lancée sur le solde

Au total, l'opération coûterait 9 milliards d'euros

La nouvelle entité dégagerait un bénéfice de 24,8 milliards d'euros, dont 48 % réalisés en France et 17 % en Italie

Elle emploierait 127 000 personnes, dont 40 % en France et 15 % en Italie

Ce rapprochement serait un des plus importants du secteur bancaire opérés en Europe depuis dix ans

Cette stratégie est commune à tous les grands établissements de l'Hexagone

Voyant leurs parts de marché stagner en France, elles s'intéressent à des pays à fort potentiel de développement, en Europe de l'Est, dans le bassin méditerranéen et en Chine

Depuis la fusion de la BNP et Paribas en 2000, le groupe a mené 35 acquisitions dans le monde pour 13,3 milliards d'euros

L'année dernière, il a pris une participation dans la chinoise Nanjing City Commercial Bank et l'ukrainienne UkrSibbank

A B

(avec AFP)

potentiel Selon BNP Paribas, BNL promet de bonnes affaires dans le crédit à la consommation et le crédit immobilier. La sixième banque italienne compte trois millions de clients dans un réseau de 800 agences.