Un nouvel anti-inflammatoire incriminé

© 20 minutes

— 

Après le scandale du Vioxx, celui du Celebrex. Le géant pharmaceutique Pfizer a admis, vendredi, que son anti-inflammatoire utilisé par 26 millions de personnes dans le monde multipliait par 2,5 le risque d’accident cardio-vasculaire. En septembre, son confrère Merck avait dû retirer du marché un médicament de la même catégorie, le Vioxx, pour des raisons identiques. Aujourd’hui, le groupe évalue entre 700 et 750 millions de dollars la perte de chiffre d’affaires, sans compter les frais des procès intentés à Merck. Mais en l’absence d’études complémentaires, Pfizer a exclu tout retrait du Celebrex, dont les ventes représentent 2,3 milliards de dollars entre janvier et septembre. Anticipant un retrait ou au moins une baisse des prescriptions, la Bourse américaine n’a pas attendu pour sanctionner le groupe dont le titre a perdu 11 % vendredi.