Les responsables politiques doivent aussi se serrer la ceinture selon un député

ÉCONOMIE e député René Dosière demande aux ministres de baisser leur niveau de rémunérations…

Elsa Meyer

— 

Illustration d'une pièce de deux euros.
Illustration d'une pièce de deux euros. — M. FOURMY/SIPA

Il n’y a pas de petites économies. Alors que la rigueur s‘abat sur la France, les salaires des ministres sont pointés du doigt.

Dans un rapport publié vendredi, le député apparenté PS de l’Aisne, René Dosière, exige du gouvernement qu’il se serre aussi la ceinture. Mais les amendements présentés dans ce sens vendredi ont tous été rejetés.

Traitements des ministres

«Quand on demande à tous les Français de faire des économies, il faut que les responsables politiques donnent l’exemple, c’est la moindre des choses», a expliqué le député lors d’une conférence de presse. René Dosière voulait interdire aux ministres et secrétaires d’Etat de pouvoir cumuler plusieurs rémunérations.

Un ministre est aujourd’hui payé 14.129 euros mensuels et un secrétaire d’Etat 13.423 euros, selon les chiffres de son rapport.

21.193 euros

S’ajoutent souvent des indemnités locales dans un certain plafond, qui atteint tout de même 21.193 euros mensuels. «Il s’agit d’une des particularités de notre démocratie, nous avons souvent des ministres à temps partiel. Ces derniers doivent se consacrer pleinement à leur fonction et ne pas avoir d’autre rémunération», a plaidé le député.

Et pour que la rigueur n’ait aucune frontière politique, le député souhaitait aussi que cette règle touche les élus locaux puis les parlementaires.

Aucune baisse des salaires

Les propositions du député étaient pourtant moins radicales que celles adoptées dans d’autres pays européens. L’Espagne, la Grèce, le Portugal ou le Royaume-Uni ont décidé de baisser les salaires des membres de leurs gouvernements.

Une solution que refuse pour l’instant René Dosière. «Je ne souhaite pas aujourd’hui baisser les rémunérations des ministres ou des élus locaux même s’il faudra en rediscuter. Ces derniers doivent participer à l‘effort de rigueur mais ils sont loin d’être les plus riches de notre pays, il ne faut pas les stigmatiser», a-t-il expliqué.


Débat sur les rémunérations

La ministre de l’économie, Catherine Lagarde, celle de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, ou bien encore la secrétaire d’Etat aux Sports, Rama Yade, s’étaient pourtant prononcées en faveur d’une baisse de leur salaire. Mais le ministre du Budget, François Baroin, s’y était formellement opposé.

«La rémunération des ministres est moins élevée en France qu’à l’étranger. Elle est indexée sur les traitements de la Fonction publique, qui ne baissent pas chez nous, alors que d’autres pays les réduisent. Je me méfie des décisions démagogiques», avait-il expliqué.