20 Minutes : Actualités et infos en direct
ManifIls refusent que Calais devienne un « cimetière industriel »

Ils refusent que Calais devienne un « cimetière industriel »

ManifPlusieurs centaines de personnes ont manifesté à Calais, appelant à agir de manière urgente pour « la réindustrialisation » de la ville qui a vu fermer plusieurs usines ces dernières années
A Calais, l'usine Meccano a fermé ses portes (illustration).
A Calais, l'usine Meccano a fermé ses portes (illustration). - O. Aballain / 20 Minutes / 20 Minutes
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

«Calais ne doit pas devenir un cimetière industriel ». Ce samedi, quelque 300 personnes ont manifesté à Calais, à l’appel de la CGT, pour défendre l’industrie, après la fermeture de plusieurs usines sur le territoire, a constaté un correspondant de l’AFP.

« Il est urgent d’agir pour la réindustrialisation du Calaisis », pouvait-on lire sur une banderole en tête de cortège alors que plusieurs usines du Calaisis, parmi lesquelles l’entreprise de produits chimiques Synthexim et l’emblématique usine de jouets de construction Meccano, ont fermé.

Calais se vide, Dunkerque se remplit

« Calais se vide de ses emplois… les fermetures d’usines successives touchent de plein fouet les familles entières de leurs salariés mais aussi des emplois induits alors que Dunkerque multiplie les implantations industrielles », regrette parmi les manifestants Didier.

A Calais, « toutes les entreprises qui mettent la clé sous la porte emploient chacune une moyenne de 150 personnes… Avec les entreprises sous-traitantes cela concerne des milliers de pertes d’emplois », relève Christine, retraitée de la dentelle, un secteur emblématique de Calais en difficulté.

En novembre, le fabricant de fibre optique Draka Comteq, filiale du géant italien des câbles électriques Prysmian, confronté à une baisse des volumes, a également annoncé la fermeture de son usine de câbles à Calais qui emploie 82 salariés dont un grand nombre était samedi dans le cortège.

Sujets liés