20 Minutes : Actualités et infos en direct
licenciementsMalgré son succès, Spotify va supprimer un emploi sur six

Musique : Malgré son succès, Spotify va supprimer un emploi sur six, soit 1.500 postes

licenciementsLe numéro mondial des plateformes audio a annoncé lundi une réduction de ses effectifs d'« environ 17 % »
Un poste de négociation arbore le logo de Spotify sur le parquet de la Bourse de New York, mardi 3 avril 2018.
Un poste de négociation arbore le logo de Spotify sur le parquet de la Bourse de New York, mardi 3 avril 2018. - Richard Drew/AP/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

C’est une décision difficile à comprendre alors que le groupe affiche des bénéfices et des performances en hausse. Spotify a annoncé lundi une réduction de ses effectifs d'« environ 17 % », soit quelque 1.500 personnes, afin de réduire ses coûts dans un contexte de croissance économique au ralenti. Il s’agit de la troisième vague de réduction d’effectifs puisque le groupe suédois avait déjà annoncé 600 suppressions de postes en janvier et 200 en juin dans sa division podcasts.

Ces suppressions d’emplois s’inscrivent dans la vague de licenciements qui frappe la « tech » mondiale depuis début 2023, en particulier les géants américains tels que Meta, Alphabet, Amazon. « Je suis conscient que, pour beaucoup, une réduction de cette ampleur peut paraître surprenante, compte tenu du récent rapport positif sur les bénéfices et de nos performances », a écrit le directeur général Daniel Ek dans une lettre aux salariés, consultée par l’AFP.

65 millions d’euros de bénéfice net

Au troisième trimestre, le groupe avait dégagé un rare bénéfice net, de 65 millions d’euros, contre une perte de 166 millions un an plus tôt, sur fond de hausse de 26 % du nombre de ses utilisateurs actifs à 574 millions. Il vise 600 millions d’utilisateurs actifs d’ici la fin de l’année. Ces licenciements doivent permettre d'« aligner Spotify sur nos objectifs futurs et [de] s’assurer que nous sommes bien dimensionnés pour les défis à venir », a-t-il expliqué dans ce courrier.

Selon Daniel Ek, en 2020 et 2021, l’entreprise « a profité de l’opportunité offerte par un capital à moindre coût et a investi de manière significative dans l’expansion de l’équipe, l’amélioration du contenu, le marketing et les nouveaux marchés verticaux ».

« Cependant, nous nous trouvons aujourd’hui dans un environnement très différent et malgré nos efforts pour réduire les coûts l’année dernière, notre structure de coûts pour atteindre nos objectifs est encore trop importante », a-t-il ajouté, mettant en avant « une croissance économique qui s’est considérablement ralentie ». En 2022 et 2023, Spotify, qui est côté sur le New York Stock Exchange, a été « plus productif, mais moins efficace. Nous devons être les deux à la fois ».

Sujets liés