20 Minutes : Actualités et infos en direct
TAUX D'USURELe phénomène des « promeneurs » ralentit le marché immobilier

Immobilier : Le phénomène des « promeneurs » décourage les acquéreurs comme les vendeurs

TAUX D'USUREEntre ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter et ceux qui ne veulent pas brader leur bien, conclure des ventes est bien compliqué
Face à un contexte peu propice à l'achat, acquéreurs et revendeurs sont dans une forme d'attentisme
Face à un contexte peu propice à l'achat, acquéreurs et revendeurs sont dans une forme d'attentisme - iStock / City Presse
J.P. pour 20 Minutes

J.P. pour 20 Minutes

Après plusieurs années de taux bas, la flambée inflationniste apparue en 2022 et qui s’est poursuivie en 2023 a fait l’effet d’une bombe sur le marché immobilier.

Alors qu’on empruntait à un taux d’environ 1 % sur 20 ans en janvier 2022, les chiffres ont littéralement explosé jusqu’à atteindre 4,35 % au début du mois de novembre 2023 pour un « bon » taux (meilleur que les taux moyens constatés), d’après la société de courtage Meilleurtaux.

Conséquence logique : les Français sont dans l’incertitude et le marché grippé.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton« J’accepte pour aujourd’hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Attentisme généralisé

Dans un tel contexte, le nombre de crédits a évidemment chuté. Ainsi, 9,2 milliards d’euros de prêts à l’habitat ont été accordés aux ménages en septembre d’après la Banque de France, soit le niveau le plus bas depuis 2016.

Si les acheteurs n’ont plus les moyens de leurs ambitions, les vendeurs sont quant à eux pris en tenaille.

D’une part, ils font en effet face à une légère baisse des prix de l’immobilier qui atteint près de 1 % en moyenne en France métropolitaine et jusqu’à -3,9 % en Seine-Saint-Denis selon l’association La Finance pour tous, soutenue par les acteurs institutionnels ; d’autre part, eux aussi ont un projet d’achat qui se heurte aux taux d’intérêt élevés, ainsi qu’à la difficulté actuelle d’obtenir un prêt relais pour financer leur acquisition.

Bien que la hausse des taux commence à ralentir en cette fin d’année, « le nombre de transactions immobilières reste en berne. Les acquéreurs sont très attentistes et ont tendance à renoncer à leur projet d’acquisition face à des conditions d’emprunt sévères. Les achats de confort sont en effet moins nombreux. Actuellement, près de 50 % des ventes sont contraintes (séparation, mutation, expulsion…) », comme l’analysait Artémis Courtage à la mi-novembre.

Le marché immobilier décourage les transactions
Le marché immobilier décourage les transactions - iStock

Des acquéreurs peu engagés

Face aux tensions actuelles, le profil même des acquéreurs-vendeurs (ou secundo-accédants) aurait changé, comme s’en est fait récemment l’écho Patrice Amate, président de la Société immobilière de Trets depuis vingt-cinq ans. « Ces clients sollicitent des visites, sans pour autant connaître leur budget, ni leur timing. S’ils s’engagent dans la prospection active, ils n’ont pas fait estimer leur bien à vendre, ni pris en compte la baisse des prix ».

En revanche, pour leur acquisition, ils ont déjà intégré la négociation avant la visite. « Une attitude, qui montre l’ampleur du manque de pédagogie à ce sujet, et qui grippe davantage encore le marché », explique l’agent immobilier.

Notre dossier « Immobilier »

Et de dénoncer « ce phénomène de promeneurs » qui rend en effet irréaliste toute offre d’achat et contraint les professionnels à un tri plus drastique pour organiser des visites qualitatives.

Sujets liés