Les Bourses mondiales malmenées

FINANCES Les problèmes budgétaires et les dissensions en Europe inquiètent les marchés...

E.M. avec agence

— 

Un trader observe les cours de la Bourse de Madrid le 10 mai 2010
Un trader observe les cours de la Bourse de Madrid le 10 mai 2010 — Arturo Rodriguez/AP/SIPA

La crise budgétaire en zone euro et les dissensions de l'Union européenne continuent d'inquiéter les marchés. 
 
Après avoir chuté jeudi de 2% en moyenne, les Bourses européennes étaient très volatiles ce vendredi.

 

Bourses volatiles

Paris a hésité toute la journée entre rouge et vert. Le CAC 40 s'est finalement redressée et a fini in extremis à l'équilibre, ne cédant que 0,05%.

La Bourse de Londres a terminé la séance en légère baisse de 0,20% avoir atteint des plus bas depuis sept mois. 
Le Footsie-100, indice vedette londonien, est tombé sous les 5.000 points pour la première fois depuis novembre.

La Bourse de Francfort a quant à elle reculé de 0,66%. Madrid finissait la journée en hausse de 1,48%.

Wall Street a ouvert en baisse, le Dow Jones perdant 0,55%, avant de revenir à l'équilibre. L'indice américain est même passé sous les 10.000 points, pour la première fois depuis le krach-éclair du 6 mai. La veille il avait plongé de 3,60%.

« Film d'horreur de série B »

Les places financières asiatiques avaient déjà terminé de leur côté en baisse. La Bourse de Tokyo a clôturé sur une chute de 2,45%, Sydney a perdu 0,26%, Shanghai 0,64% et Taipei 2,51% vers 8h30 (heure français).

«Cette saga de la zone euro tourne au film d'horreur de série B. Vous pensez que le monstre est mort, mais il revient à chaque fois!», a ironisé Joshua Tan, économiste à Phillip Securities cité par Dow Jones Newswires.

L’euro remonte

Entraînée par les problèmes budgétaires de la Grèce et d'autres pays de sa zone euro, la chute rapide de l'euro effraie les marchés. Ils craignent des répercussions sur l'ensemble du  système financier.

Après avoir atteint son plus bas niveau depuis quatre ans, la monnaie unique est remontée depuis jeudi, sur fond de rumeurs d'interventions des banques centrales. L'euro cotait 1,2570 dollar vendredi vers 8h30 (heure française), contre 1,2482 dollar la veille à 23h.

« C'est vrai que les Bourses ont dévissé mais que dans le même temps, l'euro a remonté, ce qui montre bien que nos partenaires asiatiques, mais aussi américains, ne vont pas laisser cette devise aller et flotter comme on le croit ou comme certains le croient», a de son côté indiqué le président de l'Autorité des marchés financiers (AMF) Jean-Pierre Jouyet, interrogé ce vendredi sur France Info.

Les dissensions inquiètent

Mais l'agitation demeure. Et les dissensions du Vieux continent n'arrangent rien. L'Allemagne a semé le trouble mercredi en interdisant certaines ventes à découvert pour lutter contre la spéculation. Plusieurs dirigeants européens lui ont reproché d'avoir agi sans concertation.

«Je ne crois pas que la zone euro soit en risque d'exploser», a cependant voulu rassurer jeudi le directeur-général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn. Et d'ajouter: «En revanche, je pense que le risque c'est qu'elle tourne mal, qu'elle fonctionne mal.»