Airbnb : Bruno Le Maire ne comprend pas la « fiscalité très favorable » qui s’applique à la plateforme

logement Pour les locations de logements meublés touristiques type Airbnb, le ministre de l’Economie juge les effets d’aubaine « trop importants »

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire veut durcir la fiscalité concernant les locations de logements meublés touristiques.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire veut durcir la fiscalité concernant les locations de logements meublés touristiques. — SOPA Images/SIPA

Bruno Le Maire hausse le ton. Le ministre de l’Economie s’est dit « favorable » ce vendredi à une réforme de la fiscalité très avantageuse des meublés touristiques type Airbnb, jugeant les effets d’aubaine « trop importants », alors que ces locations sont accusées d’aggraver le mal-logement sur le territoire.

« Sur Airbnb, on s’y est déjà attaqué, on a réduit la durée à 120 jours », a déclaré vendredi Bruno Le Maire sur BFMTV, en référence à la durée maximale de location autorisée pour les résidences principales. « Ce qui m’interroge, c’est que nous gardions une fiscalité favorable pour les Airbnb. Je suis ouvert à une réforme de la fiscalité sur les Airbnb pour qu’elle soit équivalente à celle d’autres logements ».

L’examen d’une proposition de loi transpartisane reporté

Les loueurs de meublés touristiques classés (de 1 à 5 étoiles) bénéficient aujourd’hui d’un abattement forfaitaire de 71 % jusqu’à 176.200 euros de recettes, contre 50 % pour les meublés classiques, et 30 % pour les locations vides dans la limite de 15.000 euros de loyers. « Nous allons travailler, faire des propositions à la Première ministre et au président de la République, mais j’ai du mal à comprendre la fiscalité très favorable qui s’applique aujourd’hui à Airbnb », a déclaré le ministre.


« Nous réformerons cette fiscalité. La seule question est celle de la justice : à partir du moment où il y a des effets d’aubaine trop importants, une fiscalité trop favorable, il n’y a pas de raison de garder cette fiscalité qui conduit à des excès », a-t-il ajouté. Une proposition de loi transpartisane visant à réguler les locations meublées a été reportée sine die alors qu’elle devait être examinée mi-juin à l’Assemblée nationale. Selon Airbnb France, des centaines de milliers de Français louent un logement sur Airbnb, pour un revenu médian de 3.800 euros par an.