Montpellier : La direction de « Midi Libre » annonce une diminution des effectifs « incontournable »

Presse La direction, qui annonce un déficit de 1,6 million d’euros en 2022, privilégie l’ouverture d’un plan de départs volontaires pour 45 postes

20 Minutes avec AFP
Le site du groupe des Journaux du Midi (JDM) qui regroupe les quotidiens régionaux, «Midi Libre», «L'Indépendant» et «Centre Presse» à Saint-Jean-de-Védas (Hérault).
Le site du groupe des Journaux du Midi (JDM) qui regroupe les quotidiens régionaux, «Midi Libre», «L'Indépendant» et «Centre Presse» à Saint-Jean-de-Védas (Hérault). — GERARD JULIEN / AFP
  • Selon les chiffres présentés lors d’un comité social et économique extraordinaire les revenus de la diffusion et de la publicité ont baissé de 10 millions d’euros en quatre ans.
  • La direction du quotidien Midi Libre privilégie l’ouverture d’un plan de départs volontaires pour 45 postes.
  • En 2023, le déficit devrait être de 2,8 millions d’euros, estime Jean-Benoît Baylet, directeur général du titre qui appartient au groupe La Dépêche du Midi.

La direction du quotidien régional Midi Libre, dont le siège se trouve à Montpellier, a annoncé jeudi qu’une « diminution des effectifs » était « incontournable » en raison de sa situation économique « très dégradée », et qu’elle privilégiait l’ouverture d’un plan de départs volontaires pour 45 postes. « La crise de notre filière et les conséquences qu’elle engendre sur notre modèle économique ont été aggravées par deux années de Covid-19 et le déclenchement de la guerre en Ukraine », a écrit le directeur général de Midi Libre, Jean-Benoît Baylet, dans un courriel adressé aux membres du personnel à l’issue d’un comité social et économique (CSE) extraordinaire.

Au cours des quatre dernières années, les revenus issus de la diffusion et de la publicité ont régressé fortement, respectivement de huit millions et de deux millions d’euros, précise le patron du quotidien, qui dit s’attendre à « une baisse additionnelle de deux millions d’euros sur la diffusion » en 2023.

Déficit de 1,6 million d’euros en 2022 avant tout revenu hors exploitation

La transition numérique est « plus longue qu’attendue » et les revenus du site, de 3,6 millions d’euros cette année, ne font que « freiner l’érosion du chiffre d’affaires, très loin de le compenser en totalité », note aussi Jean-Benoît Baylet. Dans le même temps, l’augmentation du prix du papier (+135 % en un an), de l’énergie (+190 %) ou encore du carburant ont alourdi les charges de 2,3 millions d’euros pour le quotidien.

« Pour l’année en cours, notre société terminera avec un résultat économique, avant tout revenu hors exploitation, déficitaire à hauteur de 1,6 million d’euros ». En 2023, le déficit devrait être de 2,8 millions d’euros, selon Jean-Benoît Baylet. Pour « rétablir l’équilibre économique », la direction a présenté lors du CSE un « projet de transformation globale » prévoyant notamment un « plan ambitieux de développement des revenus digitaux ».

Plan de départ volontaire de 45 postes

« Il intègre également une réduction importante de nos charges. Outre l’optimisation de nos dépenses courantes et de nos frais de fonctionnement, une diminution de nos effectifs est incontournable », ajoute le directeur général de Midi Libre. « Plusieurs dispositifs plus ou moins contraints sont envisageables. Nous privilégions l’ouverture d’un plan de départs volontaires pour 45 postes, tous services confondus », indique-t-il également, en invitant les représentants du personnel à entamer des discussions dès la semaine prochaine.

« La conjonction de ces mesures doit permettre à Midi Libre de renouer avec un résultat positif dès 2024 », conclut Jean-Benoît Baylet. Après son rachat par le groupe La Dépêche du Midi en 2015, Midi Libre comptait environ 150 journalistes titulaires.