20 Minutes : Actualités et infos en direct
FAKE OFFDes antivols sur le thon au Portugal ? Oui, mais ça ne date pas d’hier

Portugal : Des antivols sur les conserves de thon ? Oui, mais ça ne date pas d’hier

FAKE OFFDes publications similaires publiées en 2014 ont été retrouvées sur les réseaux sociaux
L'image est récente, mais le phénomène est plus vieux au Portugal
L'image est récente, mais le phénomène est plus vieux au Portugal - 20 Minutes / Twitter
Lina Fourneau

Lina Fourneau

L'essentiel

  • Sur Twitter, vendredi 4 novembre, Ségolène Royal a publié une photo d’un supermarché au Portugal où des conserves de thon ont été protégées par des antivols.
  • La photo est bien réelle, mais là où la politique se trompe est la corrélation faite avec la guerre en Ukraine.
  • Les supermarchés portugais avaient installé ce système bien avant la crise actuelle de l’inflation, subie de plein fouet par le Portugal.

Amateurs de thon s’abstenir. Sur les réseaux sociaux, une photo circule ces derniers jours et alarme les consommateurs. Sur les rayons d’un supermarché portugais, des conserves de thon sont désormais protégées par antivols. Comme on peut le voir en temps normal pour les appareils électroniques, les petites boîtes en plastique permettraient de limiter le nombre de vols dans les supermarchés. Le problème serait lié à la crise de l’inflation que connaît actuellement le Portugal - et plus globalement l’Europe.

« Terrible », a réagi sur son Twitter Ségolène Royal, tout en republiant l’image des boîtes jaunes enfermées. « Des boîtes de thon protégées par des antivols au Portugal contre les vols pour manger. C’est ça l’Europe avec laquelle on va faire rêver les jeunes ? Il faut que cette guerre en Ukraine s’arrête et que tout le monde s’y mette pour y arriver ». Si l’indignation est légitime, le lien avec la guerre en Ukraine est un raccourci trompeur. Le phénomène des antivols sur la nourriture n’est en réalité pas nouveau au Portugal. Pour mieux comprendre, 20 Minutes est remonté quelques années dans le temps.


L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies


FAKE OFF

Dans un article publié le 24 octobre dernier par le média Courrier International, qui cite l’hebdomadaire portugais Expresso, le journaliste revient sur le nombre grandissant des vols dans les supermarchés du pays. La hausse est même remarquée par l’Association portugaise des entreprises de distribution (Aped). « Il ne fait aucun doute qu’il s’agit de vols pour manger. C’est le premier symptôme d’une grave crise sociale », témoigne le président de l’association dans l’hebdomadaire.


UNE FAKE NEWS A VERIFIER ? PASSEZ PAR WHATSAPP

La proportion de ces vols reste très peu connue au Portugal, car la sécurité préfère ne pas toujours les signaler, explique Courrier International. Mais un autre chiffre est bien connu pour comprendre l’ampleur du phénomène : celui de l’inflation. Au mois de septembre, l’inflation a grimpé jusqu’à 9,8 %, proche de la moyenne de la zone euro à 9,9 %.

Dans leurs articles, les médias utilisent la photo des conserves de thon protégées par un antivol pour illustrer leurs propos, comme le fera quelques jours plus tard le quotidien Le Monde. « Des boîtes de thon sont équipées d’antivols pour faire face à la recrudescence des vols, dans une grande surface portugaise », souligne la légende, sans pour autant dire que c’est un nouveau phénomène.

Un phénomène ancien

En effet, au Portugal, l’installation d’antivols sur les produits des supermarchés remonte à l’avant-guerre en Ukraine. La corrélation que fait Ségolène Royal entre les deux événements est injustifiée. Sur les réseaux sociaux, des internautes ont en effet retrouvé des images similaires publiées en mars 2014 sur Facebook. La même marque de conserve, les mêmes antivols.

Par ailleurs, nos confrères de la cellule de fact checking portugaise Poligrafo ont également montré que d’autres produits comme les steaks de cabillaud avaient été placés sous antivol… mais depuis plusieurs mois déjà. Auprès du média portugais, la chaîne de supermarchés Auchan explique même que cette pratique a été instaurée il y a plus de deux ans dans ses rayons. « Une pratique préventive », souligne l’enseigne. D’autres chaînes soulignent auprès de nos confrères que la décision est encore plus ancienne.



Après la crise de la dette dans la zone euro en 2010, le Portugal a mis en place plusieurs plans d’austérité. Depuis, le pays semble sortir sa tête de l’eau, mais l’actuelle inflation frappe à nouveau les ménages. Début septembre, le gouvernement portugais a annoncé près de 2,4 milliards d’euros d’aides aux ménages. « Cela fait trente ans que nous n’avions pas vu à une augmentation du coût de la vie aussi nette et soudaine », avait alors souligné le Premier ministre Antonio Costa.

Sujets liés